BIEN-ÊTRE

Baselworld : "On note une énorme demande en provenance des marchés BRIC" - Tim Stracke et Dirk Schwartz de Chrono24

30/04/2013 03:21 EDT | Actualisé 30/06/2013 05:12 EDT

Le site internet allemand Chrono24, spécialisé dans les montres de luxe, met en lien les acheteurs et les vendeurs certifiés à travers le monde. En amont du salon de l'horlogerie Baselworld, qui se déroule actuellement à Bâle (Suisse), Relaxnews s'est entretenu avec les fondateurs de ce site, Tim Stracke et Dirk Schwartz.

Relaxnews: Quelles sont les trois grandes tendances mondiales de l'horlogerie ?

Tim Stracke : On note une tendance géographique - les marchés croissent en Chine et dans le reste de l'Asie. Les marchés "BRIC" (Brésil, Russie, Inde et Chine) en particulier affichent une énorme croissance. Aujourd'hui, 10% des personnes qui recherchent des montres sur notre plateforme proviennent de ces pays. Il y dix ans en arrière, ces chiffres étaient extrêmement réduits et notre marché était plus sur l'Europe - l'Allemagne en premier - et l'Amérique.

Autre tendance, l'achat de montres comme diversification des actifs. Certaines marques et modèles permettent la spéculation, mais affichent aussi une augmentation stable de valeur. Les montres "vintage" comme certains anciens modèles Rolex sont très convoités, et leur prix a énormément grimpé.

La troisième tendance est le développement de marques indépendantes qui proposent des modèles plus individuels avec une approche différente. Des marques comme DeWitt, F.P. Journe, Richard Mille, Moritz Grossman de Glashuette (fabricant allemand très intéressant), ou la marque suisse Moser et Cie. : ce sont des rebelles si on les compare aux fabricants habituels qui produisent en masse, et ces marques présentent un intérêt tant pour investir que pour collectionner.

R.: Comment les attentes des clients évoluent selon les pays, les continents ?

Dirk Schwartz: Nous remarquons que des marques relativement récentes comme Hublot (fondée en 1980) marchent très bien dans des pays comme le Brésil et l'Inde. Elles arrivent toujours à se classer dans les dix premières marques dans ces pays. Dans des régions plus conservatives comme l'Europe, le top 10 des marques les plus plébiscitées est rempli de labels horlogers historiques comme Patek Philippe, Rolex, OMEGA, Jaeger-LeCoultre, Cartier, Audemars Piguet, etc.

Du côté des prix des montres, nous notons que les Européens recherchent les moins chères. Mais tout est relatif, car au premier trimestre 2013, le prix moyen par montre achetée était de 6.081€. On trouve la moyenne la plus haute en Afrique, avec 7.594€. Cela s'explique aisément par le fait que dans la plupart des pays d'Afrique, on ne trouve pas de classe moyenne, mais un nombre croissant de personnes très riches.

Sur Chrono24, c'est en Europe que l'on a enregistré la plus forte demande d'acier inoxydable, tous continents confondus, au premier trimestre 2013. En Asie, cette demande était inférieure de 10%. Cela souligne le fait que même la demande de matériaux diverge selon les pays. Par exemple, dans les pays arabes et asiatiques, l'or reste très en vogue, et est synonyme de succès.

R.: Que recherchent les professionnels de l'horlogerie à Baselworld ?

Dirk Schwartz: La prise de contact est la préoccupation principale à Bâle, on retrouve tous les grands acteurs de l'industrie. Le fait de rencontrer la grande famille de l'horlogerie est tout aussi important que de rechercher des contrats. Les rendez-vous aux stands sont aussi cruciaux que les soirées ou les discussions dans les allées.

On espère découvrir des innovations chaque année. En 2013, il semblerait que les boîtiers en céramique s'imposent déjà comme une tendance. Même Omega a commencé à lancer des modèles avec ce matériau d'abord mis en avant par Rado. Hublot en a fait une tendance forte avec ses montres Big Bang.

jt/cm/cg