NOUVELLES

Armes chimiques: Damas évoque un incident près d'Idleb, accuse l'opposition

30/04/2013 12:12 EDT | Actualisé 30/06/2013 05:12 EDT

L'ambassadeur syrien auprès de l'ONU Bachar Jaafari a accusé mardi l'opposition syrienne d'avoir utilisé un "produit chimique" contre la population près d'Idleb (nord) afin de faire croire à l'utilisation d'armes chimiques par l'armée syrienne.

M. Jaafari a affirmé à la presse que des "groupes terroristes armés avaient répandu hier (lundi) une sorte de poudre qui doit être très probablement un produit chimique au milieu de la foule à Salaqeb", près d'Idleb. Le régime syrien désigne comme "terroristes" l'opposition armée.

Les victimes de cet "acte haineux et irresponsable" ont été transportées et traitées en Turquie "selon un scénario préétabli" visant à incriminer l'armée syrienne, a-t-il ajouté.

Cette stratégie vise à "impliquer le gouvernement syrien sur une base fausse" et à "détourner l'attention" des accusations portées par Damas contre l'opposition à propos de l'utilisation d'armes chimiques le 19 mars près d'Alep.

Damas a demandé une enquête de l'ONU à ce propos mais refuse que l'équipe d'experts mise en place par l'ONU se penche aussi sur des accusations similaires portées contre l'armée syrienne par Londres et Paris et concernant des incidents à Homs (centre) et dans les environs d'Alep et de Damas.

M. Jaafari a réitéré les exigences syriennes à ce propos et a affirmé que le gouvernement syrien n'autoriserait pas l'enquête de l'ONU sur son territoire tant qu'il n'aurait pas reçu des informations détaillées et "crédibles" sur les accusations françaises et britanniques.

"Nous n'avons pas encore reçu des informations sur ces allégations malgré nos demandes", a-t-il déclaré. L'ONU "devrait partager ces informations avec le gouvernement syrien et les autres membres du Conseil de sécurité, sinon ce problème essentiel ne pourra pas être traité".

avz/bdx

PLUS:afp