POLITIQUE

Paradis fiscaux: un regroupement exhorte Ottawa et Québec d'agir

29/04/2013 04:35 EDT | Actualisé 28/06/2013 05:12 EDT
Radio-Canada.ca

Une campagne baptisée « Levez le voile sur les paradis fiscaux » est lancée par plusieurs organismes, dont entre autres ATTAC-Québec, la Centrale des syndicats démocratiques (CSD), la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) et la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ).

Les initiateurs de cette campagne demandent aux gouvernements fédéral et provincial de publier les estimations officielles « des sommes qui échappent au trésor public à cause de l'utilisation des paradis fiscaux par les grandes entreprises et les contribuables fortunés d'ici. »

Cette campagne se joint à celle lancée par l'organisme Canadiens pour une fiscalité équitable.

« C'est seulement ainsi que nous pourrons mesurer l'ampleur du problème qu'entraîne l'utilisation des paradis fiscaux sur les revenus de nos gouvernements de même que son impact direct sur nos services publics », a indiqué le porte-parole du groupe Échec aux paradis fiscaux, Claude Vaillancourt, dans un communiqué.

Le regroupement rappelle dans son communiqué les estimations de Statistique Canada en 2011. Selon les chiffres, des Canadiens possédaient des actifs évalués à 140 milliards de dollars dans les six principaux paradis fiscaux, dont 53 milliards de dollars à la Barbade et 26 milliards de dollars aux Îles Caïmans.

Le regroupement déplore qu'aucune estimation « fiable de l'ampleur des pertes fiscales n'ait été faite à ce jour ».

« Combien d'impôts nous échappent? La population canadienne et québécoise a besoin d'estimations officielles pour connaître les impacts directs des paradis fiscaux sur les revenus des gouvernements. »

L'organisme s'étonne que l'Agence du revenu du Canada n'ait pas donné suite à la proposition de l'ancien directeur parlementaire du budget, Kevin Page, de réaliser une estimation sur les pertes fiscales.

Les organisateurs demandent aux citoyens d'envoyer des messages aux ministres des Finances du Québec et du Canada ainsi qu'à leurs députés.