NOUVELLES

Le premier ministre syrien échappe à un attentat à la bombe

29/04/2013 06:12 EDT | Actualisé 29/06/2013 05:12 EDT
AP

DAMAS, Syrie - Le premier ministre de la Syrie a échappé à une tentative d'assassinat, lundi, lorsqu'une bombe a explosé près de son convoi à Damas, a rapporté la télévision d'État syrienne. Il s'agit de la plus récente attaque contre un haut dirigeant du régime du président Bachar el-Assad.

Wael al-Halqi n'a pas été blessé par l'explosion survenue dans le quartier de Mazzeh, près de la résidence de l'ambassadeur suisse. La télévision d'État a diffusé des images de véhicules lourdement endommagés et de débris ainsi que de pompiers en train de combattre un important incendie causé par la déflagration.

Un représentant du gouvernement a révélé sous le couvert de l'anonymat que deux personnes avaient été tuées et 11 autres blessées dans l'attentat. L'Observatoire syrien des droits de l'homme, un groupe militant basé en Grande-Bretagne, a pour sa part affirmé que l'explosion avait fait au moins cinq morts, dont deux gardes du corps de M. Al-Halqi et l'un des chauffeurs de son convoi.

Afin de prouver que le premier ministre n'avait pas été blessé, la télévision d'État a annoncé que le politicien avait assisté à une réunion hebdomadaire juste après l'attentat. La chaîne a présenté une vidéo de Wael al-Halqi assis à une table en compagnie d'autres dirigeants du régime.

Mais dans le point de presse enregistré après la rencontre, M. Al-Halqi n'a fait aucun commentaire concernant la déflagration et les reporters ne lui ont posé aucune question à ce sujet, ce qui pourrait indiquer que les images ont été tournées avant l'incident.

Dans une déclaration rapportée par l'agence de presse officielle de la Syrie, le premier ministre a soutenu que cette tentative d'assassinat montrait à quel point les rebelles étaient désespérés après les gains réalisés partout au pays par les troupes syriennes. L'attentat n'a pas été revendiqué.

Un représentant du gouvernement syrien a expliqué à l'Associated Press que l'explosion avait été provoquée par un engin explosif artisanal placé sous une voiture stationnée qui avait été déclenché au moment où le convoi de Wael al-Halqi passait.

Plusieurs attaques ont été menées durant la dernière année contre de hauts dirigeants du régime syrien.

Le 18 juillet, quatre membres du gouvernement ont perdu la vie dans une explosion survenue à Damas durant une réunion du cabinet, dont le ministre de la Défense et son sous-ministre, qui était le beau-frère du président Assad.

En décembre, une voiture piégée a fait sept morts et une vingtaine de blessés, dont le ministre de l'Intérieur, Mohammed al-Shaar.

Selon les Nations Unies, plus de 70 000 personnes ont péri depuis le début du conflit syrien il y a plus de deux ans.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les armes artisanales des rebelles en Syrie