NOUVELLES

Le neveu emprisonné du dissident chinois Chen Guangcheng en danger de mort (avocat)

29/04/2013 05:50 EDT | Actualisé 29/06/2013 05:12 EDT

Le neveu emprisonné en Chine du dissident exilé Chen Guangcheng est malade et en danger de mort, a alerté son avocat américain lundi, en demandant que son client bénéficie de soins rapidement.

Chen Kegui, arrêté il y a un an, peu après le départ de son oncle Chen Guangcheng pour les Etats-Unis, a besoin de se faire opérer de l'appendicite d'urgence, a précisé l'avocat.

"A la lumière de ce danger qui menace sa vie, l'empêcher de bénéficier du traitement médical adéquat fait peser sur lui une menace immédiate pour son bien-être", a écrit Jared Genser, avocat spécialiste des droits de l'Homme, qui représente le prisonnier.

M. Genser a également écrit au rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Juan Mendez, lui demandant de faire pression sur les autorités chinoises "dès que possible".

Parallèlement, le groupe d'avocats China Aid, basé aux Etats-Unis, a rapporté que des "voyous engagés par le gouvernement" s'en étaient pris à la maison du père de Chen Kegui, tôt mardi matin.

Les assaillants ont jeté des briques et des bouteilles de bière sur la maison, et installé ce qui ressemblait à des explosifs. Le père du prisonnier, Chen Guangfu, a alors découvert que son téléphone ne fonctionnait plus lorsqu'il a tenté d'appeler la police.

Chen Guangfu, le frère aîné du dissident exilé, a ensuite réussi à contacter la police avec un autre téléphone, mais la personne qui lui a répondu a tenté de minimiser les faits, et elle n'a pas répondu à l'appel suivant, selon China Aid.

Dans un entretien à l'AFP en début de mois, l'avocat autodidacte Chen Guangcheng, aveugle de naissance, avait accusé les autorités chinoises de ne pas respecter leur promesse d'assurer la sécurité de sa famille et d'enquêter sur les abus qu'il avait dénoncés.

Il avait notamment déploré la condamnation, en novembre 2012, de son neveu Chen Kegui à plus de trois ans de prison pour coups et blessures volontaires lors du départ de son oncle au printemps 2012, en pleine visite à Pékin de la secrétaire d'Etat de l'époque Hillary Clinton.

Selon M. Chen, son neveu avait ensuite été sévèrement battu.

Le militant, qui avait mis en cause les excès de la politique de l'enfant unique en Chine, a appelé les Etats-Unis à publier le contenu des négociations menées il y a un an avec Pékin, quand il s'était réfugié à l'ambassade américaine.

sct/bdx/lor

PLUS:afp