NOUVELLES

La famine de 2011 a fait 260 000 victimes en Somalie

29/04/2013 11:51 EDT | Actualisé 29/06/2013 05:12 EDT

NAIROBI, Kenya - La famine qui a dévasté la Somalie en 2011 a fait quelque 260 000 victimes, dont la moitié étaient des enfants âgés de 5 ans ou moins, indique un nouveau rapport qui double le bilan précédemment calculé, ont révélé des responsables à l'Associated Press.

La communauté humanitaire estime que des dizaines de milliers de personnes sont mortes inutilement quand le monde a tardé à réagir aux premiers signes de famine en Afrique de l'Est, à la fin de 2010 et au début de 2011.

Le bilan a été alourdi par les militants extrémistes du groupe al-Shabab, qui ont interdit les livraisons d'aide d'urgence dans les secteurs qu'ils contrôlent. Ces mêmes militants compliquent aussi le calcul d'un bilan plus précis.

Un représentant occidental qui a pris connaissance du rapport a révélé à l'Associated Press que 260 000 personnes ont perdu la vie, et que la moitié des victimes étaient des enfants âgés de 5 ans ou moins. Deux autres dirigeants ont confirmé que la famine a fait environ un quart de million de morts.

Le rapport sera dévoilé jeudi par FEWSNET, un système d'alerte rapide à la famine financé par le gouvernement américain, et par la Food Security and Nutrition Analysis Unit - Somalia, un organisme financé par les États-Unis et par le Royaume-Uni.

Un précédent bilan britannique faisait état de 50 000 à 100 000 morts. La nouvelle étude a fait appel à des experts spécialisés dans le calcul des bilans de catastrophes. Le nouveau bilan demeure malgré tout approximatif.

Un rapport publié l'an dernier par les groupes Oxfam et Save the Children a conclu que les pays donateurs avaient attendu que la crise ait atteint son paroxysme avant de débloquer des fonds. Le rapport a aussi blâmé la lenteur de la réaction des agences humanitaires.

PLUS:pc