NOUVELLES

Pakistan: des attaques des talibans contre des politiciens font 11 morts

28/04/2013 09:16 EDT | Actualisé 28/06/2013 05:12 EDT

PARACHINAR, Pakistan - Des bombes posées par les talibans pour attaquer des politiciens dans le nord-ouest du Pakistan ont fait 11 morts dimanche; il s'agit de la plus récente série d'attentats visant à déstabiliser les élections parlementaires prévues le mois prochain, a indiqué la police.

Cette vague de violence a fait au moins 60 victimes au cours des dernières semaines, et plusieurs attaques ont visé des partis laïques et de gauche opposés aux talibans. Ces actes ont soulevé des inquiétudes quant à la possibilité que ces violences puissent avantager les candidats islamistes partisans de la ligne dure, puisqu'ils peuvent faire campagne plus librement sans craindre d'être attaqués.

Le porte-parole des talibans Ahsanullah Ahsan a revendiqué les trois attaques, plus deux autres survenues samedi contre des partis laïcs dans la ville portuaire de Karachi (sud), et lors desquelles quatre personnes ont été tuées et plus de 40 blessées.

«Nous sommes contre tous les politiciens qui font partie de n'importe quel gouvernement laïc ou démocratique», a-t-il déclaré à l'Associated Press par téléphone.

La première attaque, au bureau de Syed Noor Akbar en banlieue de la ville de Kohat, a tué six personnes et en a blessé dix autres, selon le responsable de la police Mujtaba Hussain.

Une deuxième bombe a fait trois morts et douze blessés au local électoral d'un autre candidat, Nasir Khan Afridi, en banlieue de la ville de Peshawar, selon un autre responsable de la police.

Les deux politiciens, qui n'étaient pas dans leurs bureaux au moment des explosions, sont des candidats indépendants qui visent à obtenir des sièges à l'assemblée nationale pour représenter des circonscriptions des zones tribales du Pakistan, où s'activent plusieurs groupes extrémistes, dont certains liés à al-Qaeda.

Plusieurs politiciens se présentant en vue du scrutin du 11 mai dans la région tribale ont fait déplacer leurs bureaux ailleurs et ont de la difficulté à faire campagne dans leurs circonscriptions en raison du danger.

La troisième bombe a sauté dans la ville de Swabi, lors d'un petit rassemblement organisé par le Parti national Awami, qui a été ciblé à plusieurs reprises par les talibans. L'explosion a fait deux morts et en a blessé cinq. Les deux candidats visés ont été épargnés.

Les talibans pakistanais mènent depuis plusieurs années une sanglante insurrection contre le gouvernement, qui a fait des milliers de morts civiles, ainsi qu'au sein des forces de sécurité. Le but du groupe est de renverser le gouvernement démocratique du Pakistan et d'instaurer un système basé sur la charia, la loi islamique.

À la mi-mars, les talibans ont menacé de lancer des attaques contre trois partis laïcs qui se sont mérité l'ire des islamistes en appuyant des opérations militaires contre eux dans le Nord-Ouest.

Les candidats ayant plutôt favorisé des négociations de paix avec les talibans ont pu faire campagne sans trop de risques.

Pour ceux qui sont victimes des violences, toutefois, les attaques sont assimilées à de la fraude électorale.

PLUS:pc