NOUVELLES

L'Italie a un nouveau gouvernement de coalition

27/04/2013 02:15 EDT | Actualisé 26/06/2013 05:12 EDT

En Italie, trois jours après avoir été nommé premier ministre par le président de la République, le démocrate Enrico Letta a présenté samedi la composition de son gouvernement de coalition gauche-droite.

La tâche a été ardue et d'intenses tractations ont été nécessaires pour arriver à une entente, les partis de gauche et de droite ayant multiplié les attaques mutuelles depuis des années. La gauche répétait d'ailleurs sur tous les tons ces dernières semaines qu'elle n'accepterait jamais de gouverner avec Silvio Berlusconi.

C'est finalement Angelino Alfano, chef du parti de droite Peuple de la liberté (PDL), l'un des plus proches alliés de Silvio Berlusconi, qui assumera les fonctions de vice-président du Conseil. Il sera également ministre de l'Intérieur.

Le ministère de l'Économie et des Finances va en revanche au directeur de la Banque d'Italie, Fabrizio Saccomanni, un « expert » sans affiliation politique, qui aura beaucoup de pain sur la planche, alors que la troisième économie de la zone euro est plongée dans la récession.

L'ancienne commissaire européenne Emma Bonino est nommée aux Affaires étrangères. La Justice revient à l'actuelle ministre de l'Intérieur, Anna Maria Cancellieri.

Flavio Zanonato, du Parti démocrate, devient ministre du Développement économique, et Mario Mauro, de la formation centriste Scelta civica, prend la tête du ministère de la Défense.

De nombreuses figures encore inconnues du grand public en Italie apparaissent également dans ce gouvernement, rajeuni et composé de nombreuses femmes.

Le Mouvement cinq étoiles (M5S) se tient pour sa part à l'écart du jeu politique. Pour son chef de file, Beppe Grillo, la création de cette coalition est « une orgie digne du meilleur des bunga bunga », ces fêtes privées organisées par Berlusconi.

Quant à ce dernier, il a été au cœur des négociations et devrait jouer un rôle important en coulisse.

« C'était le seul gouvernement possible et sa constitution ne pouvait pas attendre », a commenté le président Giorgio Napolitano, ajoutant espérer « que ce gouvernement se mettra rapidement au travail dans un esprit de coopération fervente et sans préjugé ni conflit ».

Enrico Letta, figure de l'aile droite du Parti démocrate et neveu d'un des plus proches conseillers de Berlusconi, Gianni Letta, a indiqué que ses priorités iraient à la création d'emplois et à l'aide aux PME, ainsi qu'à la réforme des institutions, et notamment du code électoral.

Le nouveau gouvernement prêtera serment dimanche. Enrico Letta devrait ensuite être en mesure de se soumettre à un vote de confiance des parlementaires dès lundi.

Depuis les élections de février, qui ont donné au Parti démocrate la majorité absolue à la Chambre des députés, mais pas au Sénat, qu'aucun parti ne contrôlait, l'Italie peinait à former un nouveau gouvernement.

PLUS:rc