NOUVELLES

Joseph Kony aurait trouvé refuge dans une zone contrôlée par le Soudan

27/04/2013 01:07 EDT | Actualisé 27/06/2013 05:12 EDT

KAMPALA, Ouganda - Le chef de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), Joseph Kony, s'est récemment réfugié sur un territoire contrôlé par le Soudan, a révélé vendredi un groupe de défense des droits humains, qui a accusé l'armée soudanaise de fournir de l'aide aux commandants de la guérilla ougandaise.

L'organisme américain Resolve a annoncé dans un nouveau rapport que Kony avait ordonné des massacres depuis Kafia Kingi, une zone contestée située près de la frontière entre le Soudan et le Soudan du Sud à laquelle les troupes de l'Union africaine chargées de capturer le leader rebelle n'ont pas accès.

Citant notamment d'anciens membres de la LRA, le groupe a affirmé que Joseph Kony s'était rendu à Kafia Kingi pour la première fois en 2010. Il y serait retourné en 2011 et y aurait séjourné à plusieurs reprises en 2012.

Selon Resolve, le chef de la LRA aurait continué à ordonner des attaques contre les populations civiles des pays voisins et à donner des directives aux combattants de la guérilla depuis un camp de fortune érigé près des casernes des soldats soudanais à Kafia Kingi.

L'armée ougandaise, qui dirige les recherches pour retrouver Joseph Kony en collaboration avec des conseillers militaires des États-Unis, a déclaré que le rapport confirmait ce qu'elle savait déjà, soit que la LRA bénéficie du soutien de l'armée du Soudan et que son leader se terre à Kafia Kingi.

Elle a toutefois dit croire que Kony avait maintenant changé de cachette.

Le rapport de Resolve indique aussi que le seigneur de guerre ne serait plus à Kafia Kingi et qu'il pourrait se trouver en République centrafricaine.

Le Soudan a souvent nié qu'elle aidait Joseph Kony, qui est recherché par la Cour pénale internationale pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

La LRA, qui est issue d'un soulèvement populaire contre le gouvernement ougandais né dans les années 1980, est connue pour recruter des enfants soldats et forcer des jeunes filles à servir d'esclaves sexuelles. Elle a été chassée de l'Ouganda en 2005 et ses combattants se sont dispersés un peu partout dans le centre de l'Afrique. Ses activités seraient maintenant concentrées dans la jungle congolaise et centrafricaine.

PLUS:pc