NOUVELLES

Ethiopian Airlines fait décoller un premier Boeing 787 après 3 mois d'interdiction mondiale

27/04/2013 02:16 EDT | Actualisé 27/06/2013 05:12 EDT

Ethiopian Airlines a été samedi la première compagnie à faire décoller un Boeing 787 Dreamliner pour un vol commercial après trois mois d'une interdiction qui a immobilisé tous les appareils de nouvelle génération du constructeur américain dans le monde en raison de problèmes techniques.

Parti d'Addis Abeba, l'avion a relié sans problèmes Nairobi, à 1.160 km, en environ deux heures. Il devait regagner la capitale éthiopienne dans la journée.

L'autorisation de remise en exploitation du dernier né de Boeing avait été délivrée jeudi par l'autorité américaine de l'aviation (FAA), après une d'interdiction de vol décrétée le 16 janvier en raison de deux graves cas de surchauffe de batteries lithium-ion.

"Je suis très satisfait de voir que l'avion vole de nouveau et aussi que nous sommes les premiers", a dit le PDG d'Ethiopian Airlines, Tewolde Gebremariam, à la presse avant le décollage de l'appareil.

Les 50 Dreamliners en opération dans le monde avaient tous été interdits de vol après des incidents de batterie survenus sur deux d'entre eux, obligeant un appareil de la compagnie All Nippon Airways à effectuer un atterrissage d'urgence.

Ethiopian Airlines, première compagnie africaine à en être dotée, possède quatre Dreamliners qui, a dit Tewolde Gebremariam, doivent tous reprendre du service dans les semaines à venir après avoir été équipés des nouvelles batteries.

"C'est le premier avion sur lequel le travail a été achevé", a-t-il expliqué au sujet du 787 qui a volé samedi, ajoutant que les modifications étaient en cours sur les trois autres.

La FAA avait déclaré jeudi que l'objectif de sa directive était "d'autoriser l'avion à reprendre du service dès que possible en ordonnant des modifications qui vont résoudre un problème de sécurité".

Les compagnies aériennes doivent installer sur les batteries principales et auxiliaires de leurs 787 des systèmes d'isolation et des gaines pour éviter la contagion d'un éventuel court-circuit ou d'une hypothétique surchauffe d'une cellule à toute la batterie voire à l'avion.

Chaque appareil d'Ethiopian Airlines doit ainsi recevoir une nouvelle batterie, suffisamment autonome des autres équipements pour permettre à un avion de poursuivre son trajet en cas de dysfonctionnement en l'air.

"Nous avons réparé la batterie, nous l'avons isolée, de sorte qu'en cas de problème à son niveau, l'avion sera capable de poursuivre son vol", a dit à l'AFP le vice-président de Boeing responsable du marketing pour les appareils commerciaux, Randy Tinseth, présent sur l'aéroport d'Addis Abeba.

Il s'est voulu rassurant, affirmant: "j'ai hâte de reprendre cet avion, je n'hésiterais pas à le faire avec ma famille".

Un passager, François Vaillancourt, a renchéri, disant à l'AFP ne pas être du tout nerveux à l'idée de voler sur le Dreamliner.

"Les compagnies aériennes sont plus sûres après avoir connu un problème, car elles ont effectué les réparations et c'est probablement trois fois plus sûr maintenant qu'avant", a-t-il expliqué.

Le ministère des Transports du Japon, pays qui possède le plus de Dreamliners avec 24 appareils, a rapidement approuvé vendredi la remise en exploitation par les compagnies nippones du Boeing nouvellement équipé.

ANA, première à employer le 787, prévoit un vol d'essai dimanche dans lequel embarqueront son PDG et le directeur de la branche aviation civile de Boeing, Ray Conner.

Mardi, l'Agence européenne de la sécurité aérienne avait approuvé les modifications proposées par Boeing afin d'autoriser la reprise des vols dès les changements accomplis.

Boeing a répété samedi à Tokyo que les solutions techniques garantissaient la sûreté de l'appareil, bien que les causes premières des récents incidents demeurent inconnues.

Les livraisons de 787, suspendues, vont reprendre début mai avec des appareils intégrants les nouvelles batteries et systèmes afférents, et toutes les mises à jour des batteries devraient être achevées mi-mai, a indiqué le PDG Jim McNerney cette semaine.

Ethiopian Airlines a commandé six autres Dreamliners en plus des quatre déjà acquis.

Mike Sinnet a précisé que Boeing avait dépêché 300 techniciens dans le monde pour mettre les 50 Boeing 787 déjà livrés en conformité.

Joint samedi par l'AFP, un porte-parole du constructeur a refusé de donner des détails sur quelle serait la prochaine compagnie à faire revoler un 787, ou sur qui bénéficierait de la première livraison de 787 lorsqu'elle redémarreront.

jv-hv-ved/bdx

PLUS:afp