NOUVELLES

Coupe du monde d'escrime: une huitième place pour le Québécois Polossifakis

27/04/2013 02:26 EDT | Actualisé 27/06/2013 05:12 EDT

ATHÈNES, Grèce - Le sabreur Joseph Polossifakis a été le seul Québécois à se qualifier pour le tableau des 64 de la Coupe du monde d’Athènes, en Grèce, samedi, et il a fait belle figure en terminant au huitième rang.

Le Montréalais avait déjà terminé huitième lors d’une compétition de type Grand Prix en Pologne, sans toutefois avoir à vaincre le même genre d’adversaire.

Polossifakis a d'abord prévalu 15-5 contre l’Espagnol Sergio Escudero, un jeune escrimeur qui avait été parfait en groupe la veille.

«J’avais une solution à tout, je me sentais vraiment bien», a dit Polossifakis, qui est 21e au classement mondial.

Les adversaires coriaces se sont ensuite enchaînés. Tout d’abord, il a dû vaincre le Russe Alexey Yakimenko, troisième au monde et ex-numéro un mondial, par le score de 15-13.

«C’est ma plus grosse victoire à vie, a dit Polossifakis. C’était ultraintense. Comme j’ai un nom à consonance grecque, j’avais toute la foule derrière moi puisqu’il n’y avait plus de Grec en compétition. C’était vraiment plaisant comme expérience.»

Polossifakis n’a pas eu grand temps pour savourer cette victoire puisqu’il devait retourner sur la piste pour y affronter le Coréen Jungwhan Kim, médaillé d’or en équipe aux Jeux olympique de Londres et 14e au monde. Encore une fois le duel a été serré. Les deux sabreurs étaient à égalité 12-12 avant que le Québécois réussisse les trois dernières touches.

«Je suis content de ne pas être resté sur mon nuage après ma grosse victoire et d’avoir continué sur ma lancée.»

En quart de finale, il devait faire face à un autre Coréen, soit Bongil Gu, cinquième sur l’échiquier mondial, contre qui il a baissé pavillon 15-12.

«J’ai commis quelques petites erreurs techniques dans ce duel, mais en gros je suis vraiment content de ma journée, a-t-il conclu. J’ai gagné en confiance et j’ai pu constater que je pouvais rivaliser avec les meilleurs de mon sport. J’ai été très relaxe et posé tout au long de la journée. Je ne me suis pas laissé déranger.»

PLUS:pc