NOUVELLES

Cinq personnes arrêtées en lien avec l'effondrement d'un édifice au Bangladesh

27/04/2013 08:16 EDT | Actualisé 27/06/2013 05:12 EDT

SAVAR, Bangladesh - La police bangladaise a arrêté cinq personnes, samedi, relativement à l'effondrement d'un édifice survenu plus tôt cette semaine qui a fait au moins 348 morts alors que les secouristes ont retiré 29 survivants des décombres.

La plupart des victimes ont été écrasées par les énormes blocs de béton et de mortier qui sont tombés sur elles lorsque le bâtiment de huit étages s'est écroulé mercredi matin, un moment de la journée où les employés de la plupart des manufactures de vêtements de l'immeuble étaient au travail.

Il s'agit de la pire tragédie à avoir frappé l'industrie du vêtement au Bangladesh. L'incident a aussi attiré l'attention sur les conditions des travailleurs, qui gagnent environ 38 $ par mois pour fabriquer des vêtements qui seront ensuite vendus par les grandes marques internationales.

Parmi les personnes interpellées samedi figurent deux propriétaires de manufactures qui, selon un jugement rendu par un tribunal de Dacca, pourront être interrogés pendant 12 jours sans que des accusations ne soient portées contre eux.

Les autorités ont aussi arrêté deux ingénieurs du gouvernement et la femme du propriétaire de la bâtisse, qui est toujours en cavale.

Les manifestations violentes visant à dénoncer les piètres standards du pays en matière de sécurité ont également continué samedi à Dacca et à Chittagong, une ville du sud-est du Bangladesh, où plusieurs véhicules ont été incendiés.

Travaillant sans relâche depuis mercredi malgré la chaleur et les orages, les secouristes ont finalement atteint le rez-de-chaussée de l'édifice, samedi, grâce à 25 trous étroits creusés à travers les débris, a révélé le brigadier général Ali Ahmed Khan, le chef des services d'incendie.

«Les survivants continuent de nous répondre, même si c'est de plus en plus faible», a-t-il expliqué. «Le bâtiment est très fragile. Les étages pourraient s'effondrer à tout moment. C'est une mission impossible, mais nous sommes heureux d'avoir rescapé autant de personnes.»

Le brigadier général Khan a affirmé que l'opération de sauvetage se poursuivrait durant la nuit alors que les chances de retrouver d'autres survivants cinq jours après la tragédie diminuent.

Un regroupement de manufactures a indiqué que les entreprises de l'immeuble qui s'est écroulé employaient 3122 personnes. Il n'a toutefois pas été possible de déterminer combien d'entre elles se trouvaient sur les lieux au moment du drame.

Les autorités avaient ordonné l'évacuation du bâtiment mardi après la découverte de fissures sur les murs, mais les compagnies ont ignoré l'avis et étaient en pleine production lorsque l'effondrement est survenu le jour suivant.

PLUS:pc