NOUVELLES

USA: la hausse du PIB s'est accélérée au premier trimestre, pas la demande

26/04/2013 08:34 EDT | Actualisé 26/06/2013 05:12 EDT

La croissance économique des Etats-Unis s'est nettement accélérée au premier trimestre, mais pas la demande intérieure, qui peine à permettre un véritable décollage de la reprise, selon la première estimation officielle du PIB américain de l'hiver publiée vendredi.

Le produit intérieur brut du pays a augmenté de 2,5% en rythme annualisé de janvier à mars, a indiqué le département du Commerce dans un communiqué.

Au quatrième trimestre, le PIB américain avait crû officiellement de 0,4%. Le nouveau taux de croissance annoncé par le ministère est moins bon que ne l'attendaient les analystes, dont la prévision médiane donnait une accélération plus forte de l'activité économique, à 2,8%.

L'amélioration de la croissance résulte d'une accélération de la production stockée par les entreprises privées, "d'une accélération de la consommation des ménages, d'un redressement des exportations et d'une baisse de la dépense publique moins forte [qu'au trimestre précédent] dont les effets ont été gommés en partie par un redressement des importations et un ralentissement de l'investissement privé hors logement", écrit le gouvernement.

Le ministère précise que la consommation des ménages a connu pendant les trois mois d'hiver sa progression la plus forte en plus de deux ans (3,2%) en rythme annualisé, et qu'elle a fourni à elle seule plus de 2,2 points de croissance au pays, alors même que le revenu disponible réel des Américains chutait de 5,3% sous l'effet de la hausse des cotisations sociales salariales.

Pour autant, l'évolution de la demande intérieure finale pour les produits américains n'a pas du tout suivi celle de la consommation privée et du taux de croissance de l'économie, puisqu'elle a ralenti à 1,5%, contre 1,9% pendant l'automne.

Cela s'explique par le fait que la seule hausse des stocks des entreprises (un effet essentiellement comptable) a rapporté plus d'un point de croissance au pays pendant l'hiver et par la cure de rigueur budgétaire que s'impose le pays, et qui continue de déprimer la demande publique.

mj/mdm

PLUS:afp