NOUVELLES

Un religieux québécois, Richard Joyal, est tué en Haïti en sortant de la banque

26/04/2013 03:42 EDT | Actualisé 26/06/2013 05:12 EDT
Agence QMI

La communauté des marianistes de la région de Québec est en état de choc à la suite de l'assassinat d'un des leurs, le frère Richard Joyal, à Port-au-Prince en Haïti, jeudi.

Richard Joyal, âgé de 62 ans, venait de retirer 1000 $ d'une banque, vers 10 h 30, lorsque deux hommes à moto l'ont approché et lui ont dérobé le sac qu'il transportait, a expliqué l'inspecteur de police Aladin Jean-Louis.

Le passager de la moto a atteint M. Joyal par balles trois fois dans le dos.

Les autorités ont plus tard découvert 1000 $ dans le portefeuille de la victime et ont confisqué l'argent.

«C'est une nouvelle épouvantable. C'est effrayant. Je ne comprends pas», a déclaré le père Marc Turcotte en apprenant la nouvelle lorsque joint par La Presse Canadienne.

Il a expliqué que le frère Joyal était en mission en Haïti pour prêter main-forte à ses confrères qui avaient été obligés de fermer le noviciat qu'ils avaient ouvert au tournant des années 2000.

«Il est allé pour donner un coup de main», a raconté le père Irénée Breton.

«On avait des confrères qui travaillaient là-bas, puis ils avaient eu des difficultés avec le tremblement de terre (du 12 janvier 2010) et il est allé là-bas pour donner un coup de main. Il devait rester quelques mois et il revenait le 3 mai», a-t-il laissé tomber, lui aussi incrédule devant la terrible nouvelle.

«Il y avait des problèmes à régler avec les anciens, nos garçons, avant qu'on ferme, a précisé le père Turcotte. On avait un bon nombre de jeunes, sept ou huit, qui ont bien cheminé avec nous. On essayait de leur trouver des endroits où ils pouvaient aller continuer leurs études. Lui était là pour s'occuper de ça.»

Pendant ce temps, en Haïti, la police a dû détourner la circulation d'une des artères les plus importantes de la capitale pour mener son enquête sur ce crime.

En décembre dernier, le Canada a rendu plus sévère son avertissement aux voyageurs se rendant en Haïti, faisant état d'une criminalité élevée et de tensions politiques.