NOUVELLES

Pardon et déportation : Jason Kenney songe à revoir les politiques

26/04/2013 04:07 EDT | Actualisé 25/06/2013 05:12 EDT

Le ministre fédéral de la Citoyenneté et de l'Immigration, Jason Kenney, entend revoir les politiques relatives au pardon et aux déportations.

Il s'est dit étonné d'apprendre qu'un des deux suspects dans le complot déjoué contre un convoi de Via Rail ait pu demeurer au Canada après plusieurs condamnations criminelles.

Raed Jaser est arrivé au Canada avec sa famille en 1993 en provenance des Émirats arabes unis, mais il ne pouvait pas obtenir la citoyenneté canadienne en raison de son passé criminel.

Le statut de réfugié lui a été refusé et les autorités fédérales ont même tenté de le déporter en 2004. Seul problème : Immigration Canada ne savait pas dans quel pays l'envoyer, puisqu'il est d'origine palestinienne et qu'il se dit apatride.

Il n'était pas citoyen des Émirats d'où il venait et il n'y avait aucun pays pour l'accueillir.

Il a fini par obtenir un pardon pour les crimes qu'il avait commis ainsi que sa résidence permanente au Canada.

Le ministre Kenny n'a pas caché son mécontentement, soutenant que pardon ou pas, « si quelqu'un commet un crime sérieux au Canada, il doit être expulsé, point à la ligne ». 

PLUS:rc