NOUVELLES

Élection au Venezuela: Capriles s'adressera aux tribunaux

26/04/2013 02:50 EDT | Actualisé 25/06/2013 05:12 EDT

Henrique Capriles, leader de l'opposition au Venezuela, a annoncé que son organisation allait boycotter la révision des résultats de la récente élection et tentera de pousser le gouvernement à tenir un nouveau scrutin présidentiel.

M. Capriles a expliqué que l'opposition ne participera pas à la révision parce que le Conseil national électoral refuse sa demande d'examen des registres contenant les signatures des électeurs et leurs empreintes digitales. Il dénonce des fraudes et des irrégularités survenues le jour du scrutin.

M. Capriles a ajouté que l'opposition se présenterait à la Cour suprême pour contester les résultats de l'élection présidentielle du 14 avril, remportée de justesse par Nicolas Maduro, l'héritier politique de Hugo Chavez, décédé d'un cancer en mars.

« Nous n'allons pas renoncer aux procédures prévues par la loi. L'étape suivante sera de contester formellement (le résultat) des élections devant les instances juridictionnelles », a déclaré l'opposant lors d'une entrevue diffusée à la télévision.

Le Conseil national électoral, qui est dominé par les fidèles à l'ancien leader vénézuélien, a annoncé la semaine dernière qu'il permettrait une révision de 46 % des bulletins de vote n'ayant pas fait l'objet d'une vérification. Le Conseil a indiqué qu'il comparerait les votes venant de chaque machine avec les reçus individuels issus par la même machine.

Selon M. Capriles, une telle façon de faire est ridicule, et l'opposition ne participera pas à la révision si elle n'a pas accès aux registres. Il croit qu'un audit permettrait de prouver les fraudes qu'il dénonce.

Arrestation d'un Américain

Par ailleurs, les autorités ont arrêté un cinéaste américain, qu'elles soupçonnent d'avoir encouragé les violences postélectorales au Venezuela, à la demande du gouvernement américain.

Le ministre de l'Intérieur du Venezuela affirme que Timothy Tracy travaille pour les services de renseignement américains, qu'il a payé des groupes de jeunes de droite pour manifester violemment dans le but de déstabiliser le pays à la suite de la victoire de Nicolas Maduro.

PLUS:rc