NOUVELLES

L'Américain arrêté au Venezuela n'est pas un agent secret, assure Washington

26/04/2013 02:35 EDT | Actualisé 26/06/2013 05:12 EDT

Le département d'Etat a nié vendredi que le ressortissant américain arrêté deux jours plus tôt au Venezuela soit un agent gouvernemental ayant tenté de semer le chaos dans ce pays, comme l'en accuse Caracas.

"Nous sommes au courant qu'un citoyen américain a été interpellé à Caracas et cherchons à en savoir plus auprès du gouvernement vénézuélien", a indiqué le porte-parole adjoint du département d'Etat Patrick Ventrell, refusant d'en dire davantage pour des "raisons d'ordre privé.

Le diplomate était interrogé sur le cas de Timothy Hallet Tracy, né en 1978 dans le Michigan (nord des Etats-Unis) et arrêté mercredi à l'aéroport de Caracas alors qu'il s'apprêtait à quitter le Venezuela.

Interrogé sur ses liens éventuels avec une agence gouvernementale américaine, M. Ventrell a assuré qu'il s'agissait de "l'arrestation d'un ressortissant privé américain".

Jeudi, le ministre de l'Intérieur vénézuélien Miguel Rodriguez Torres avait annoncé l'arrestation de M. Tracy.

Caracas le soupçonne d'avoir participé à un plan présumé de la droite vénézuélienne visant à contester les résultats de la présidentielle du 14 avril et à provoquer les violences post-électorales qui ont fait neuf morts - selon le gouvernement - au lendemain du scrutin.

"Les Etats-Unis continuent de rejeter catégoriquement toutes les allégations selon lesquelles le gouvernement américain s'efforcerait de déstabiliser le gouvernement vénézuélien ou de porter atteinte à qui que ce soit au Venezuela", a affirmé M. Ventrell.

Etats-Unis et Venezuela n'ont plus d'ambassadeurs respectifs depuis 2010. Les gouvernements de Hugo Chavez (1999-2013) et du nouveau président Nicolas Maduro fustigent régulièrement des tentatives de déstabilisation du pays par une opposition bénéficiant de soutiens aux Etats-Unis.

Le 7 avril, Nicolas Maduro, alors président par intérim, avait accusé deux anciens ambassadeurs américains de fomenter un complot pour l'assassiner avant l'élection présidentielle du 14 avril. Un mois plus tôt, deux attachés militaires américains avaient été expulsés du Venezuela, accusés d'avoir voulu conspirer contre le gouvernement.

nr/bdx

PLUS:afp