NOUVELLES

Haïti met fin à un sommet régional et appelle à la levée de l'embargo sur Cuba

26/04/2013 10:20 EDT | Actualisé 26/06/2013 05:12 EDT

PORT-AU-PRINCE, Haïti - Haïti a mis fin vendredi à un sommet international qui rassemblait six présidents de la région qui ont tous signé une entente demandant la fin de l'embargo américain contre Cuba, ainsi qu'une aide pour mieux préparer la région en prévision des désastres.

L'hôte du sommet, le président Michel Martelly, a remis en question l'efficacité de l'embargo vieux de plus de 50 ans dans son discours de clôture prononcé devant des journalistes, et déclaré que les leaders présents à la conférence s'étaient entendus pour «suggérer une nouvelle approche» qui signifiait la fin de l'embargo.

L'Association des États des Caraïbes a entamé le sommet mardi avec des discours, des cocktails et une exposition à teneur culturelle, mais les délégations importantes ne sont pas arrivées à Haïti avant jeudi.

Au moins 11 leaders ont confirmé leur présence, selon le gouvernement haïtien, mais seulement six d'entre eux sont venus.

Le président Martelly a noté les annulations lors d'une conférence de presse vendredi soir, soulignant que certains présidents avaient simplement d'autres priorités.

Malgré tout, le rassemblement relativement important de leaders a donné à M. Martelly et à son premier ministre Laurent Lamothe l'opportunité de parler des avancées du pays à la suite du puissant séisme de 2010 qui a laissé Port-au-Prince, la capitale, et d'autres villes en ruines.

«Cela démontre les progrès qui ont été accomplis, en plus du fait que nous avons pu organiser un événement de ce genre, avec la logistique que cela suppose», a déclaré M. Lamothe à l'Associated Press.

Lors de ce qui pourrait avoir été le lancement de l'événement, M. Lamothe s'est présenté jeudi soir à une réception officielle avec sa copine depuis plusieurs mois, Petra Nemcova, la mannequin et philanthrope tchèque qui est également ambassadrice pour Haïti.

Les présidents étrangers présents provenaient du Mexique, de la Colombie, du Chili, du Guatemala, du Honduras et de la République dominicaine voisine.

Le président de la République dominicaine, Danilo Medina, a annoncé que son gouvernement offrirait un statut temporaire aux Haïtiens vivant sans statut légal si Haïti pouvait fournir des informations d'identification pour tous ses citoyens, a indiqué le Palais national par voie de communiqué. M. Martelly s'est en échange engagé à offrir un meilleur contrôle aux frontières.

PLUS:pc