NOUVELLES

Conflit de travail évité au Zoo de Toronto

26/04/2013 07:09 EDT | Actualisé 26/06/2013 05:12 EDT

Les pandas Er Shun et Da Mao pourront faire leur premier clin d'œil au grand public comme prévu le 18 mai, après qu'une entente de principe eut été conclue entre le Jardin zoologique de Toronto et ses gardiens et employés administratifs.

Le plus grand zoo au pays aurait pu mettre les 400 employés en lock-out vendredi, alors que les travailleurs auraient été en position légale de grève à cette date. Les deux parties ont plutôt poursuivi leurs pourparlers contractuels après l'heure butoir de minuit.

Selon le syndicat des employés (SCFP), un accord de principe a été conclu peu après 2 h, vendredi matin, à la suite d'une « séance-marathon de négociations ».

Les détails de l'entente n'ont pas été rendus publics pour l'instant. Selon le syndicat, les congés de maladie, les avantages sociaux et la sécurité d'emploi notamment étaient les enjeux principaux. 

Un vote de ratification doit avoir lieu au début de la semaine prochaine.

Pandamanie

Un conflit de travail qui aurait perturbé le début de l'exposition des pandas à Toronto aurait pu créer de l'embarras non seulement pour le Zoo de la Ville Reine, qui compte sur les deux mammifères pour accroître son achalandage, mais aussi pour le Canada et ses relations diplomatiques avec la Chine.

Er Shun et Da Mao, qui sont actuellement en quarantaine préventive, ont été accueillis en grande pompe par le premier ministre canadien Stephen Harper et l'ambassadeur de la Chine au Canada, lors de leur arrivée à l'aéroport Pearson de Toronto en mars dernier.

L'ambassadeur de la Chine au Canada a affirmé quant à lui qu'il s'agissait d'un symbole « d'amitié » entre les deux nations.

Le séjour des deux pandas dans la Ville Reine durera cinq ans, après quoi les bêtes seront transférées au Zoo de Calgary pour une nouvelle période de cinq ans.

Une entente conclue l'an dernier, lors de la visite du premier ministre Stephen Harper en Chine, a permis le prêt de ces animaux. Selon plusieurs observateurs, Pékin se sert des pandas comme d'une forme de diplomatie afin de marquer des rapprochements avec d'autres nations, en plus de redorer son image.

Toronto courtisait la Chine depuis des années afin d'obtenir des pandas. Le Zoo de Toronto mise sur ces animaux pour augmenter son achalandage. La Ville Reine et Calgary ont accueilli des pandas dans les années 1980. Il s'agissait à l'époque d'une attraction très populaire auprès des touristes.

Le coût d'hébergement des nouveaux animaux doit s'élèver à des centaines de milliers de dollars par année. Ce sera une attraction majeure, toutefois, pour le Zoo de Toronto, qui doit bientôt perdre ses éléphants. 

Les pandas, Da Mao, âgé de 4 ans, et Er Shun, âgée de 5 ans, ont été choisis pour leurs affinités génétiques, dans l'espoir qu'ils se reproduisent en captivité.

PLUS:rc