NOUVELLES

Alberta: une compagnie possédant un oléoduc est sous le coup d'accusations

26/04/2013 06:25 EDT | Actualisé 26/06/2013 05:12 EDT

EDMONTON - La branche canadienne d'une entreprise américaine de transport pétrolier est sous le coup d'accusations environnementales liées à une importante fuite lors de laquelle des millions de litres de pétrole se sont répandus dans des terres humides, forçant la fermeture d'une école dans le nord-ouest de l'Alberta.

Plains Midstream Canada fait face à trois accusations en vertu de l'Environmental Protection and Enhancement Act, qui permet d'imposer des amendes maximales de 500 000 $.

La fuite survenue en avril 2011, à environ 95 kilomètres au nord-est de Peace River, a provoqué le déversement de 4,5 millions de litres de pétrole. Elle serait la cause de fortes odeurs détectées dans la communauté de Little Buffalo, odeurs qui, selon les résidants, ont provoqué des maux de tête et des problèmes d'estomac, en plus de forcer la suspension des classes pendant des jours.

Il s'agissait de la plus importante fuite pétrolière à survenir en Alberta en 36 ans.

Les accusations déposées vendredi surviennent quelques jours avant la date du dévoilement, par Greenpeace, des résultats d'un examen poussé de centaines de pages de documents détaillant la gestion de cette fuite par l'autorité provinciale réglementaire en matière d'énergie et par le gouvernement.

Aux dires du porte-parole de Greenpeace Keith Stewart, les principales conclusions, soit que le gouvernement albertain et l'Energy Resources Conservation Board avaient tissé des liens trop étroits avec l'industrie, demeurent valides.

Plains Midstream Canada avait été vivement critiquée, en février, par le même conseil de la conservation de l'énergie, qui estimait que l'entreprise avait mal évalué les risques associés à l'oléoduc, en plus de ne pas l'avoir correctement entretenu. On lui reprochait aussi de ne pas disposer d'un plan d'urgence inadéquat.

PLUS:pc