NOUVELLES

Abus sexuels présumés dans une des écoles privées les plus chics de New York

26/04/2013 05:32 EDT | Actualisé 26/06/2013 05:12 EDT

La justice de New York a dénoncé vendredi un "schéma systématique" d'abus sexuels présumés dans une école privée très élitiste de New York, des faits trop anciens cependant pour faire l'objet de poursuites.

Le procureur du Bronx avait lancé une enquête en juin 2012, après la parution d'un article dans le New York Times, dénonçant des abus sexuels sur des enfants à l'école Horace Mann, dans le Bronx, par des enseignants et membres du personnel. Une ligne téléphonique spéciale avait notamment été établie pour permettre aux éventuelles victimes de se faire connaître.

Dix mois plus tard, 25 victimes présumées ont été interrogées, et ces entretiens "ont révélé un schéma systématique d'abus présumés", impliquant au moins 12 agresseurs présumés, a annoncé vendredi le procureur du Bronx dans un communiqué.

"Les abus signalés vont de ce qui peut être décrit comme des comportements déplacés, à des contacts sexuels, relations sexuelles et actes sexuels criminels", a-t-il ajouté.

Le cas le plus ancien remonte à 1962. La plupart des abus remontent aux années 70, mais d'autres abus ont été signalés dans les années 80 et 90, le plus récent remontant à 1996, a précisé le procureur dans un communiqué.

Selon la loi de l'époque dans l'Etat de New York, les faits présumés ont été prescrits au bout de cinq ans, sans possibilité, en dépit d'un changement de la loi depuis, d'engager aucune poursuite.

Les services du procureur soulignent pour le regretter que les responsables de l'école avaient été informés à l'époque de certains abus présumés, mais n'en avaient pas informé la police.

L'école Horace Mann, fondée en 1887, se présente sur son site comme un "modèle d'excellence en matière d'éducation traditionelle et de valeurs saines, dans une société à la recherche des deux".

La scolarité, de la maternelle à l'équivalent de la terminale, y coûtait cette année 39.100 dollars pour l'année, quelle que soit la classe.

Depuis le scandale, l'école a revu sa politique interne sur la manière de traiter les éventuelles agressions d'enfants par le personnel.

bd/rap

PLUS:afp