NOUVELLES

Somalie: l'Ethiopie justifie le retrait de ses troupes de Hudur (sud)

25/04/2013 04:15 EDT | Actualisé 25/06/2013 05:12 EDT

Le ministre éthiopien des affaires étrangères Tedros Adhanom a justifié jeudi le retrait des troupes éthiopiennes de Hudur (sud de la Somalie) par des considérations tactiques et la nécessité de "partager le fardeau".

Les forces éthiopiennes, entrées en novembre 2011 dans le sud-ouest somalien et qui ont beaucoup contribué à la défaite des islamistes shebab, s'étaient retirées mi-mars de Hudur. Les shebab avaient immédiatement repris Hudur, enregistrant leur premier réel succès militaire depuis qu'ils ont été chassés de Mogadiscio en août 2011.

S'adressant au Conseil de sécurité, le ministre a rejeté les critiques sur une absence de consultation ou de préavis avant ce retrait. "Ceux qui devaient être informés l'ont été plusieurs mois à l'avance", a-t-il affirmé. "L'Ethiopie ne cherche en aucune manière à échapper à ses responsabilités mais la question du partage du fardeau nous a toujours préoccupés", a-t-il expliqué.

L'Ethiopie, qui n'a pas intégré l'Amisom (force de l'Union africaine en Somalie), déployée depuis 2007, se plaint de devoir supporter seule le coût de son corps expéditionnaire en Somalie. Les frais des pays membres de l'Amisom (Ouganda, Kenya, Burundi, Djibouti, Sierra Leone) sont largement couverts par l'UA.

Le chef de la diplomatie éthiopienne a aussi fait valoir que les forces éthiopiennes dans le sud n'étaient "pas déployées d'une manière qui permettait de mieux répondre à la menace principale" en Somalie. "Cela ne signifie en aucun cas que l'Ethiopie soit moins impliquée dans la recherche de la paix et de la stabilité en Somalie", a-t-il plaidé.

Le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn a affirmé jeudi vouloir retirer ses troupes "dès que possible" de Somalie et a appelé l'Amisom à accélérer son déploiement pour les remplacer.

avz/bdx

PLUS:afp