NOUVELLES

Russie: une ONG mise à l'amende en vertu de la loi sur les «agents étrangers»

25/04/2013 01:40 EDT | Actualisé 25/06/2013 05:12 EDT

MOSCOU - Tandis qu'un tribunal russe imposait des amendes salées à l'unique organisme indépendant de surveillance électorale, jeudi, le président Vladimir Poutine se défendait de réprimer l'opposition.

Au cours d'une session télévisée qui a duré près de cinq heures, le président russe a déclaré que les gens ne se retrouvaient pas derrière les barreaux «en raison de leurs convictions politiques ou de leurs actions», mais plutôt pour «avoir violé la loi».

L'organisme Golos a écopé d'une amende de 300 000 roubles (environ 9800 $ CAN) pour avoir violé la législation voulant que les organisations non gouvernementales (ONG) qui s'impliquent dans des activités politiques et qui acceptent de l'argent en provenance de l'étranger s'inscrivent comme agent étranger.

Il s'agit d'une première pénalité imposée en vertu des dispositions de cette législation, qui a été adoptée dans la foulée du retour de Vladimir Poutine au Kremlin. Ce retour avait été marqué par de nombreuses manifestations anti-Poutine.

La mesure législative est considérée par plusieurs comme une façon de faire taire les critiques et de miner leur crédibilité. Le terme «agent étranger» porte atteinte à la réputation de ces groupes, plaident certains groupes de défense des droits civiques.

PLUS:pc