NOUVELLES

Les profits de l'Impériale ont chuté de 21 pour cent au premier trimestre

25/04/2013 08:37 EDT | Actualisé 25/06/2013 05:12 EDT

CALGARY - L'importante baisse des prix du brut tiré des sables bitumineux a affecté la Pétrolière Impériale (TSX:IMO) au premier trimestre, le producteur et raffineur de pétrole ayant vu ses profits chuter de 21 pour cent par rapport à la même période il y a un an.

La société pétrolière de Calgary a également annoncé mercredi que le début de la phase initiale du projet d'exploitation des sables pétrolifères de Kearl était «imminent», ce qui devrait permettre d'ajouter 110 000 barils de pétrole lourd par jour sur le marché nord-américain, plus tard cette année.

L'Impériale, qui appartient majoritairement au géant américain de l'énergie ExxonMobil, a indiqué avoir enregistré un bénéfice net de 798 $ millions $, ou 94 cents par action, au cours des trois premiers mois de l'année, en baisse par rapport à celui d'environ 1 milliard $, ou 1,19 $ par action, durant le premier trimestre de 2012.

Ce résultat est toutefois supérieur à celui de 93 cents par action auquel s'attendaient en moyenne les analystes consultés par la maison Thomson Reuters.

L'Impériale a indiqué avoir obtenu un prix moyen de 43,63 $ par baril de bitume produit, un montant en baisse de 34 pour cent par rapport aux trois premiers mois de 2012.

À la fin de l'an dernier et au début de cette année, l'écart entre les prix du pétrole lourd canadien et du pétrole brut léger américain s'est accru au point d'atteindre un niveau anormal, ce qui a eu pour effet de réduire les profits des producteurs ainsi que les revenus de redevances et fiscaux de l'Alberta.

L'écart s'est depuis rétréci, mais le président et chef de la direction d'une autre société pétrolière, Cenovus Energy, a dit s'attendre, mercredi, à ce qu'il s'élargisse de nouveau plus tard cette année, une fois que le projet de Kearl aura démarré.

Selon les joueurs de l'industrie et le gouvernement de l'Alberta, le problème tient essentiellement à l'insuffisance du nombre de canalisations devant permettre d'acheminer le brut des sables bitumineux vers les marchés en mesure de payer le meilleur prix. Les pipelines comme le projet Keystone XL de TransCanada font face à une opposition féroce de la part des milieux écologiques.

Toutefois, l'écart de prix profite également aux entreprises comme l'Impériale, qui transforment également le brut en des produits comme l'essence.

Le bénéfice net du secteur aval de l'Impériale a été de 478 millions $ au premier trimestre, en hausse de 23 millions $ par rapport au premier trimestre de 2012.

À titre de comparaison, le bénéfice net du secteur amont s'est établi à 300 millions $ au premier trimestre, contre 542 millions $ pour la période correspondante un an auparavant.

À la Bourse de Toronto, jeudi, les actions de l'Impériale ont clôturé à 40,51 $, en hausse de 42 cents par rapport à leur précédent cours de fermeture.

PLUS:pc