NOUVELLES

Les prières nocturnes de Chiheb Esseghaier dérangeaient son voisin

25/04/2013 06:42 EDT | Actualisé 25/06/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - Un ancien voisin de Chiheb Esseghaier, l'un des deux hommes accusés d'avoir comploté dans le but de commettre un attentat terroriste contre un train de la société Via Rail, affirme s'être plaint à de nombreuses reprises des prières nocturnes du principal intéressé.

L'homme en question, qui répond au nom de Michel, affirme que ces prières l'empêchaient de dormir. Et ce ne serait là qu'un des nombreux problèmes que l'accusé aurait eus avec les autres locataires de l'immeuble montréalais où il a vécu jusqu'en décembre 2012.

Son voisin de palier affirme avoir cogné à la porte d'Esseghaier à de multiples reprises, vers 3 h 00 du matin, pour lui demander d'arrêter de faire autant de bruit, les murs du bâtiment de l'arrondissement Côte-des-Neiges—Notre-Dame-de-Grâce étant particulièrement minces.

Il se serait également plaint plusieurs fois à la surintendance du comportement bizarre de son voisin.

Michel et un autre locataire ayant senti quelque chose brûler dans l'appartement d'Esseghaier auraient, par exemple, découvert que celui-ci tentait de sécher une chemise au-dessus des éléments de sa cuisinière.

Selon La Presse, l'homme originaire de la Tunisie aurait été expulsé en décembre dernier. Le quotidien rapporte qu'Esseghaier aurait été surpris en train d'utiliser son barbecue dans son salon parce que le vent soufflait trop fort à l'extérieur.

Michel affirme que son ancien voisin partageait son logement avec un autre homme, mais que celui-ci a quitté quelques mois avant le principal intéressé.

Par ailleurs, une condamnation pour fraude a failli mener à la déportation de l'autre accusé dans cette affaire, Raed Jaser.

De nouveaux documents d'immigration montrent que les autorités fédérales voulaient déporter l'accusé en 2004, mais que la procédure a été compliquée par le fait que son pays d'origine, la Palestine, ne dispose pas d'un État à proprement parler.

Le Torontois, âgé de 35 ans, de même qu'Esseghaier, de cinq ans son cadet, font face à des accusations reliées à ce que la GRC décrit comme un complot terroriste télécommandé par Al-Qaïda en Iran.

Les deux hommes sont accusés d'avoir comploté afin de commettre le meurtre de personnes inconnues au profit d'un groupe terroriste, d'avoir comploté afin de nuire aux moyens de transport au profit d'un groupe terroriste et d'avoir sciemment participé à une activité d’un groupe terroriste ou d'y avoir contribué.

On reproche aussi à Chiheb Esseghaier d'avoir sciemment participé à une activité d'un groupe terroriste ou d'y avoir contribué et d'avoir sciemment chargé directement ou indirectement une personne de se livrer à une activité au profit d'un groupe terroriste.

Les documents d'immigration montrent également que Raed Jaser est arrivé au Canada en 1993 alors qu'il n'était encore qu'un adolescent.

Contrairement au reste de sa famille, il n'a pas obtenu sa citoyenneté canadienne en raison de condamnations criminelles, dont une fraude en 1997.

Jaser a été arrêté en août 2004 après que les autorités aient émis un mandat dans le but de l'expulser du Canada, mais il a été relâché par la suite.

PLUS:pc