NOUVELLES

L'effondrement d'un édifice fait au moins 275 morts au Bangladesh

25/04/2013 06:26 EDT | Actualisé 25/06/2013 05:12 EDT

SAVAR, Bangladesh - Les autorités du Bangladesh ont annoncé que 275 corps ont été récupérés des ruines d'un édifice qui s'est éffondré lors du pire désastre à frapper l'industrie du vêtement du pays, reconnue pour ses failles en matière de sûreté.

Le brigadier général Mohammed Siddiqul Alam Shikder a précisé, vendredi matin, que 61 survivants avaient été secourus depuis jeudi après-midi. M. Shikder, qui est également chef des opérations de secours, a ajouté que certaines des victimes étaient méconnaissables parce qu'elles se trouvaient dans un état de décomposition.

Selon les autorités, plus de 2000 personnes ont été secourus de l'édifice depuis son effondrement mercredi.

La police bangladaise avait ordonné l'évacuation de l'édifice dès le lendemain, mais les responsables avaient fait fi de cet ordre et ordonné à leurs employés de reprendre le travail .

Des centaines de secouristes ont fouillé les décombres pendant la nuit, pendant que retentissaient les cris de ceux toujours coincés dans les ruines et les pleurs des proches des victimes.

L'édifice abritait plusieurs fabriques de vêtements et quelques autres commerces.

Après l'apparition des fissures mardi, les dirigeants d'une banque locale avaient évacué leurs employés des locaux qu'ils occupaient dans cet édifice. Les responsables des fabriques de vêtements ont toutefois décidé de faire fi des instructions de la police industrielle, a indiqué un directeur de ce corps policier, Mostafizur Rahman.

L'Association des fabricants et exportateurs de vêtements du Bangladesh avait demandé aux fabriques d'interrompre leur production à compter de mercredi matin, quelques heures avant l'effondrement.

L'odeur de cadavres en décomposition flottait dans l'air jeudi matin et des dizaines de corps avaient été alignés près d'une école, le visage recouvert, pour que leurs proches puissent les identifier. Des milliers de personnes s'étaient rassemblées près des décombres, en l'attente d'informations, pendant que des milliers de travailleurs de l'industrie du textile descendaient dans les rues de la zone industrielle pour dénoncer leurs conditions de travail.

Le chef de la police locale Mohammaed Asaduzzaman a indiqué que la police et un service gouvernemental — l'Autorité du développement de la capitale — avaient, chacun de leur côté, accusé le propriétaire de l'immeuble de négligence. Le propriétaire serait Mohammed Sohel Rana, un proche du parti au pouvoir. M. Rana avait apparemment reçu l'autorisation de construire un édifice de cinq étages, mais il aurait décidé d'ajouter illégalement trois étages de plus.

L'immeuble abritait des fabriques de vêtements pour des bannières comme Benetton, Walmart, The Children's Place, mais également pour la collection Joe Fresh, en vente chez Loblaws.

«Nous sommes extrêmement attristés d'apprendre l'effondrement d'un immeuble au Bangladesh, et nous offrons nos condoléances à ceux qui ont été affectés par cette tragédie», a écrit dans un courriel Julija Hunter, porte-parole de la chaîne d'alimentation.

«Nous travaillerons avec notre fournisseur pour voir comment nous pourrions leur venir en aide à ce moment-ci.»

Certains travailleurs avaient hésité à pénétrer dans l'établissement, mercredi matin, en constatant les lézardes qui s'étaient formées la veille.

La catastrophe s'est produite à Savar, en banlieue de Dacca.

PLUS:pc