NOUVELLES

Le bilan s'alourdit au Bangladesh : 228 morts, un millier de blessés

25/04/2013 11:07 EDT | Actualisé 25/06/2013 05:12 EDT

Le dernier bilan émis par les autorités bangladaises rapporte qu'au moins 228 personnes ont été tuées et un millier d'autres blessées dans l'effondrement du Rana Plaza à Savar, au Bangladesh. Par ailleurs, au moins 14 personnes ont été retirées vivantes jeudi des décombres de l'immeuble de huit étages qui abritait des ateliers de fabrication de vêtements.

L'édifice qui abritait cinq ateliers de fabrication de vêtements, notamment pour le compte de marques occidentales telles que Benetton, Walmart, The Children's Place et Joe Fresh, s'est effondré mercredi alors que plus de 2000 travailleurs s'y trouvaient. Selon plusieurs témoignages, les responsables de l'immeuble auraient ignoré un ordre de la police d'évacuer l'immeuble la veille de l'effondrement.

Selon l'Associated Press, l'apparition de fissures mardi dans les murs de l'immeuble a attiré l'attention de la police industrielle bangladaise qui a ordonné l'évacuation de l'édifice. L'Association des fabricants et exportateurs de vêtements du Bangladesh assure qu'elle avait aussi demandé aux ateliers d'interrompre leur production à compter de mercredi matin par mesure de sécurité.

Or, selon plusieurs témoins et travailleurs qui ont survécu à l'effondrement, les responsables des fabriques de vêtements auraient ignoré cet ordre et sommé les employés de vaquer à leurs occupations habituelles.

Les responsables avaient même affirmé à une équipe de télévision locale, dépêchée sur les lieux après l'apparition des fissures, que l'immeuble était tout à fait sécuritaire. Le lendemain, la structure s'effondrait subitement, tuant au moins 200 personnes et emprisonnant des dizaines d'autres sous les décombres.

Les secouristes poursuivent les recherches sans relâche

Jeudi, les secouristes tentaient toujours de retrouver et de sauver des survivants pris dans les décombres d'acier et de béton. Les équipes de secours de l'armée et des pompiers fournissent de l'eau, de l'oxygène, des vivres et des lampes de poche à ceux qui ont été repérés en attendant d'être capables de les sortir des décombres. Des dizaines d'autres personnes manquent toujours à l'appel.

Des draps colorés ont été attachés aux étages supérieurs, possiblement pour permettre à certaines victimes de signaler leur présence.

Le brigadier général Mohammed Siddiqul Alam Shikder, porte-parole de la police, a signalé qu'au moins 600 victimes avaient été secourues à la suite de l'effondrement.

Des travailleurs en colère

Pendant ce temps, des milliers de travailleurs du textile en colère sont descendus dans les rues de la capitale bangladaise, Dacca, pour dénoncer publiquement leurs conditions de travail et la façon dont ils sont traités.

Les drapeaux ont aussi été mis en berne dans le pays jeudi, qui a été déclaré jour de deuil national en hommage aux victimes de cet accident, le pire de l'industrie au Bangladesh.

Cette tragédie a eu des répercussions jusqu'au Canada, où la chaîne Loblaws, détentrice de la marque Joe Fresh, a exprimé ses condoléances aux proches des victimes et offert sa collaboration.

« Nous sommes extrêmement attristés d'apprendre l'effondrement d'un immeuble au Bangladesh, et nous offrons nos condoléances à ceux qui ont été affectés par cette tragédie », a écrit dans un courriel Julija Hunter, porte-parole de la chaîne d'alimentation Loblaw, ajoutant « travailler avec notre fournisseur pour voir comment nous pourrions leur venir en aide à ce moment-ci. »

En violation des normes du bâtiment

Le ministre des Affaires intérieures, Muhiuddin Khan Alamgir, s'est rendu sur place afin de constater les dégâts. Il a déclaré aux journalistes que l'édifice ne respectait pas les normes du bâtiment et que les responsables seraient punis.

Le propriétaire de l'immeuble serait Mohammed Sohel Rana, un proche du parti au pouvoir. Ce dernier avait apparemment reçu l'autorisation de construire un édifice de cinq étages, mais il aurait décidé d'ajouter illégalement trois étages de plus.

En novembre 2012, un incendie dans une usine textile fournissant notamment la chaîne américaine Walmart avait fait 111 morts à la périphérie de Dacca. Selon des ouvriers, leurs responsables leur avaient demandé de rester à leur poste en affirmant qu'il ne s'agissait que d'un exercice d'alerte incendie.

Selon l'Association des fabricants et exportateurs de textile au Bangladesh (BGMEA), les ateliers de confection situés dans l'immeuble employaient plus de 2600 ouvriers.

PLUS:rc