NOUVELLES

USA: plus de 1.000 vols retardés à cause des réductions d'effectifs

24/04/2013 12:55 EDT | Actualisé 24/06/2013 05:12 EDT

Plus d'un millier de vols ont été retardés mardi aux Etats-Unis à cause des réductions forcées d'effectifs de contrôleurs aériens, ont annoncé les autorités fédérales mercredi, une perturbation significative du trafic aérien.

Mardi, "plus de 1.025 retards dans le système sont attribuables à des réductions forcées d'effectifs", a indiqué l'autorité fédérale de l'aviation (FAA) dans un communiqué. Plus de 975 autres retards étaient dus aux conditions météorologiques et d'autres facteurs.

Par comparaison, environ 3.000 retards avaient été enregistrés lors de la pire journée de l'année 2012 pour le transport aérien aux Etats-Unis.

La FAA prévient que les voyageurs passant par les grands aéroports de Chicago, Las Vegas et Tampa (en Floride, sud-est) devaient en particulier s'attendre à des retards.

Mercredi en milieu de journée, aucun retard n'était relevé dans les trois grands aéroports de New York, selon les données de la FAA. Mais à Los Angeles, un retard moyen de 45 minutes était enregistré à l'arrivée.

Sommée par une loi de 2011 d'économiser environ 5% de son budget annuel d'ici septembre, la FAA impose depuis dimanche des congés forcés à ses 47.000 salariés, au rythme de deux jours par mois (11 jours au total).

L'austérité, qui affecte l'ensemble des services publics, a conduit à la réduction de 10% du nombre d'heures de travail des contrôleurs aériens américains.

"Cela n'aura aucun effet sur la sécurité", a déclaré mercredi l'administrateur de la FAA, Michael Huerta, lors d'une audition à la Chambre des représentants.

Républicains et démocrates se renvoient la responsabilité de la situation, fruit d'une loi votée au Congrès en 2011. Les contrôleurs espacent les atterrissages et décollages pour des raisons de sécurité.

"Pourquoi ne nous avez-vous rien dit?", a feint de s'interroger le républicain Harold Rogers, président de la commission chargée d'allouer les dépenses de l'Etat fédéral, s'adressant à la FAA. "Cette attitude impériale de l'administration, dont vous êtes le plus récent exemple, est répugnante", a-t-il lancé.

"Nous avons décrit publiquement depuis février les effets possibles de l'austérité", lui a rappelé Michael Huerta.

ico/lor

PLUS:afp