NOUVELLES

Séoul et Washington prorogent leur coopération dans le nucléaire civil

24/04/2013 04:50 EDT | Actualisé 24/06/2013 05:12 EDT

La Corée du Sud et les Etats-Unis sont convenus de proroger de deux ans leur coopération dans le nucléaire civil que Séoul souhaiterait amender afin de pouvoir produire son propre combustible, a annoncé mercredi le ministère sud-coréen des Affaires étrangères.

Cet accord signé en 1974 doit expirer l'an prochain. Sa prorogation a été décidée afin de poursuivre les négociations bilatérales sur la question sensible du recyclage du combustible usagé par la Corée du Sud.

"Les deux parties ont trouvé un accord provisoire sur une extension de deux ans de l'accord actuel de façon à se laisser du temps", a précisé le porte-parole du ministère, Cho Tai-Young, au cours d'une conférence de presse.

La Corée du Sud estime avoir besoin de produire son propre combustible pour alimenter les 23 réacteurs fournissant un tiers de son énergie électrique, et pour réduire ses stocks de combustible usagé qui arrivent à saturation.

Les Etats-Unis ont jusqu'ici refusé d'accéder aux demandes sud-coréennes de crainte d'encourager la prolifération nucléaire sur la péninsule coréenne. Les barres de plutonium usagé peuvent en effet être enrichies pour mettre au point des bombes.

A Washington, le département d'Etat a souligné qu'une telle extension permettrait d'être "prudent" dans l'élaboration du prochain accord, qui sera applicable dans les années suivant la prorogation.

"Les deux parties ont estimé que rechercher une extension était approprié afin de donner assez de temps à la négociation de cet accord complexe et technique", a déclaré Patrick Ventrell, un porte-parole de la diplomatie américaine. Ces négociations se poursuivront en juin, a-t-il précisé, et seront ensuite menées tous les trois mois.

La Corée du Sud a proposé d'utiliser la technologie de retraitement pyrométallurgique qui permet de séparer des matières mais laisse le plutonium mélangé à des matières fossiles inoffensives.

Ce débat est particulièrement difficile à la lumière des tensions récentes entre d'un côté Séoul et Washington, et de l'autre la Corée du Nord qui persiste à vouloir développer ses armes nucléaires en dépit de ses obligations internationales.

lim-gh-sct/lor/mdm

PLUS:afp