NOUVELLES

Sahara occidental: la résolution du Conseil devrait être adoptée jeudi

24/04/2013 02:06 EDT | Actualisé 24/06/2013 05:12 EDT

Le Conseil de sécurité devrait adopter jeudi, selon des diplomates, une résolution qui encourage les parties au conflit au Sahara occidental à respecter les droits de l'homme mais sans charger la mission de l'ONU d'enquêter dans ce domaine.

Le projet de résolution, dont l'AFP a eu copie, "encourage les parties à poursuivre leurs efforts respectifs pour promouvoir et protéger les droits de l'homme au Sahara occidental et dans les camps de réfugiés de Tindouf" (Algérie).

La résolution prolonge, comme tous les ans, le mandat de la Mission des Nations unies au Sahara occidental (Minurso), jusqu'au 30 avril 2014.

Les Etats-Unis avaient d'abord présenté un texte qui, pour la première fois, chargeait formellement la Minurso de surveiller le respect des droits de l'homme, au grand dam de Rabat.

Le gouvernement marocain avait réagi très vivement, allant jusqu'à reporter sine die un exercice militaire conjoint auquel devaient participer 1.400 soldats américains et 900 Marocains. Il avait aussi fait pression sur les membres du groupe des amis du Sahara occidental (Etats-Unis, Russie, France, Royaume-Uni, Espagne).

Finalement Washington a renoncé à inclure les droits de l'homme dans le mandat de la Minurso et l'exercice militaire américano-marocain aura lieu en partie.

Le projet de résolution souligne l'importance d'avancer dans les négociations sur le Sahara occidental, afin de "contribuer à la stabilité et à la sécurité dans la région du Sahel".

Le texte "demande à toutes les parties de coopérer pleinement aux opérations de la Minurso" et de garantir la sécurité et la liberté de mouvement et de contacts de son personnel.

Il réaffirme aussi le soutien de l'ONU à Christopher Ross, envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon. M. Ross, un temps désavoué par le Maroc l'an dernier, vient d'effectuer une tournée régionale qui l'a mené notamment à Rabat et à Laâyoune, la plus grande ville du Sahara occidental.

Des organisations de défense des droits de l'homme et un envoyé spécial de l'ONU ont accusé les autorités marocaines de torture de militants sahraouis qui luttent pour l'indépendance du territoire.

Depuis quelques années, les résolutions renouvelant le mandat de la Minurso donnent lieu à débat sur cette question des droits de l'homme. L'an dernier, la résolution se bornait à souligner "qu'il est important d'améliorer la situation des droits de l'homme au Sahara occidental et dans les camps de réfugiés de Tindouf".

Le Maroc a annexé le Sahara occidental en 1975, au départ du colonisateur espagnol. Le Front Polisario a pris les armes pour obtenir l'indépendance jusqu'à ce que l'ONU impose un cessez-le-feu en 1991.

Le Polisario, appuyé par l'Algérie, demande que l'ONU soutienne l'organisation d'un référendum d'auto-détermination, alors que le Maroc propose une large autonomie.

avz/bdx

PLUS:afp