NOUVELLES

Montréal pourrait perdre sa seule agence des Nations unies

24/04/2013 04:23 EDT | Actualisé 23/06/2013 05:12 EDT

Les trois paliers de gouvernement font tout en leur pouvoir pour empêcher que le siège social de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) ne quitte la métropole, a déclaré mercredi le ministre fédéral de l'Industrie, Christian Paradis.

Le Qatar a officiellement présenté une proposition pour accueillir à Doha le siège de l'OACI, établi à Montréal par la Convention de Chicago.

Cette proposition devrait être examinée à partir de septembre prochain lors de l'assemblée triennale, qui réunira les 191 membres de l'OACI, rattachée aux Nations unies.

La décision devra être approuvée par au moins 60 % des membres.

Pour attirer l'OACI, le Qatar promet un nouvel édifice ultramoderne et de importants avantages fiscaux.

Un document obtenu par le quotidien La Presse fait également état de plusieurs récriminations à l'endroit des installations montréalaises, mises en lumière par le Qatar.

Il cite notamment l'hiver rigoureux, les taxes élevées et la difficulté d'obtenir des visas canadiens pour les membres de délégations.

Le ministre Paradis a indiqué que des discussions ont déjà été entreprises avec le gouvernement du Québec et les autorités municipales afin de conserver le siège de l'OACI dans la métropole.

Le dossier est désormais entre les mains du ministre des Affaires étrangères, John Baird, qui est très actif dans le dossier, a-t-il précisé.

Le ministre québécois des Relations internationales, Jean-François Lisée, rappelle que « ce n'est pas la première fois que notre joyau est convoité », ajoutant qu'à chaque fois depuis 1944, « les gens de l'OACI ont dit : on aime Montréal, on reste à Montréal ».

PLUS:rc