NOUVELLES

Le virus H7N9 passe plus facilement des oiseaux aux humains, dit l'OMS

24/04/2013 06:21 EDT | Actualisé 24/06/2013 05:12 EDT

PÉKIN, Chine - La nouvelle souche du virus de la grippe aviaire A(H7N9) qui a émergé en Chine est l'une des «plus létales» jamais détectées. Elle préoccupe les responsables sanitaires puisqu'elle passe plus facilement des oiseaux aux humains que la souche ayant commencé à faire des victimes il y a dix ans.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) y est allée de cette déclaration mercredi tout en signalant que les scientifiques suivaient la situation de près afin de déterminer si la souche du virus pourrait provoquer une pandémie à l'échelle mondiale.

Les experts maintiennent toutefois que rien ne semble démontrer que le virus puisse se transmettre aisément d'une personne à une autre.

L'expert principal de la grippe à l'OMS, le docteur Keiji Fukuda, a expliqué aux journalistes, à Pékin, que les humains semblent attraper le virus H7N9 des oiseaux plus facilement qu'ils n'attrapaient le virus H5N1, qui a fait 360 victimes à travers le monde puis son apparition en Asie en 2003.

Les scientifiques s'inquiètent de la capacité du virus H7N9 à faire le saut chez les humains. Ils s'inquiètent aussi de sa capacité à infecter les oiseaux sans provoquer l'apparition de symptômes, ce qui complique sa surveillance.

«C'est définitivement l'une des souches du virus de la grippe aviaire les plus létales jamais détectées», a reconnu le docteur Fukuda.

Le virus H7N9 a infecté plus d'une centaine de personnes en Chine, faisant plus de 20 victimes, principalement dans la région de Shanghai. Taïwan a confirmé mercredi une première infection, celle d'un homme de 53 ans qui est tombé malade après avoir visité la province chinoise orientale du Jiangsu.

Le docteur Fukuda a rencontré les journalistes au terme d'une enquête d'une semaine menée conjointement par l'OMS et par les autorités chinoises.

PLUS:pc