NOUVELLES

Le Québec présente son meilleur bilan routier en 65 ans avec 436 décès

24/04/2013 04:31 EDT | Actualisé 24/06/2013 05:12 EDT

QUÉBEC - Le Québec présente, pour 2012, son meilleur bilan routier depuis 65 ans.

Bien que satisfait de ces résultats, le ministre des Transports, Sylvain Gaudreault, n'a pas pavoisé en présentant les données préparées par la Société d'assurance automobile du Québec, mercredi dans la Vieille Capitale.

«Les chiffres témoignent malheureusement de drames humains et de séquelles importantes pour les victimes et leurs proches, a-t-il dit. Bien sûr on se réjouit de l'amélioration du bilan, mais vous comprenez qu'un décès, qu'un blessé, grave ou léger, est toujours un décès ou un blessé de trop.»

Le ministre a aussi rappelé que, si les usagers de la route peuvent être félicités pour ces résultats, ils ne doivent pas pour autant relâcher leur vigilance d'un cran, puisqu'ils demeurent les premiers vecteurs d'amélioration.

«C'est une responsabilité qui incombe en premier lieu à chaque personne qui utilise le réseau routier, que l'on soit au volant d'une automobile, d'un véhicule lourd, d'une motocyclette, que l'on soit cycliste, que l'on soit piéton. Quatre-vingt pour cent des accidents routiers s'expliquent par le comportement du conducteur ou des autres usagers de la route», a dit M. Gaudreault.

Quant aux chiffres, le bilan fait état de 436 décès en 2012, soit 50 de moins que l'année précédente, une baisse de 10,3 pour cent. Lorsqu'on le compare à la moyenne annuelle de décès sur la période de 2007 à 2011, la baisse est de 18 pour cent.

Le nombre de blessés graves — 1966 — était en recul de près de 3 pour cent.

Chez les jeunes de 16 à 24 ans, le constat demeure préoccupant, avec 107 décès, soit le quart du total. Il s'agit d'une légère hausse par rapport à 2011, mais tout de même une baisse marquée de 16,7 pour cent par rapport à la moyenne des cinq années précédentes.

Sylvain Gaudreault n'a par ailleurs pas caché sa préoccupation face au relâchement apparent en ce qui a trait au port de la ceinture de sécurité.

«Chez les jeunes mais aussi chez les autres victimes de la route, près du tiers d'entre eux (...) ne portaient pas leur ceinture de sécurité», a-t-il précisé.

Le nombre de décès chez les motocyclistes, les cyclistes et particulièrement les piétons était aussi en baisse l'an dernier.

PLUS:pc