POLITIQUE

Commission parlementaire: Breton riposte aux attaques de l'opposition

24/04/2013 03:48 EDT | Actualisé 24/06/2013 05:12 EDT
PC

QUÉBEC - Le député péquiste Daniel Breton a déclaré mercredi qu'il n'a jamais menacé les commissaires du Bureau d'audiences publiques en environnement (BAPE), lors d'une commission parlementaire dont il a dénoncé l'aspect «kafkaïen».

M. Breton a finalement été entendu par des députés concernant sa visite au BAPE l'automne dernier, qui a précédé de quelques semaines sa démission comme ministre de l'Environnement.

Les députés membres de la commission parlementaire qui l'a entendu ont forcé M. Breton à comparaître.

Dans une salle de l'Assemblée nationale, le député a nié toute ingérence ou intimidation lors de son passage au BAPE en octobre dernier et il s'est plutôt présenté comme une victime de «bullying» politique en raison de ses convictions écologistes.

M. Breton a aussi minimisé l'impact de sa visite, assimilée par les libéraux à une apparente violation du principe de séparation des pouvoirs exécutif et judiciaire.

Mais surtout, le député a dénoncé la démarche menée contre lui par l'opposition, sur la base d'un reportage publié dans un quotidien qui s'appuyait sur des sources anonymes dénonçant sa visite au BAPE.

Dans son témoignage, M. Breton a fait référence à l'écrivain Franz Kafka pour dénoncer l'absurdité de la situation et des reproches qu'on formule contre lui.

«Ce que je trouvais surréaliste c'est surtout la commission en elle-même, a-t-il dit. Comme je l'ai dit d'entrée de jeu, lorsqu'on fait une commission parlementaire basée sur des rumeurs non fondées, il vient un moment où tu trouves ça un peu kafkaïen.»

Selon M. Breton, les sources anonymes citées dans Le Journal de Québec sont dans l'erreur, notamment lorsqu'il est rapporté qu'il a menacé les commissaires du BAPE de leur faire savoir son mécontentement si jamais il avait une raison de le faire.

Le député libéral Pierre Paradis lui a soumis des extraits de témoignages de cinq commissaires du BAPE qui ont affirmé aux députés qu'ils avaient reçu une mise en garde de M. Breton lors de sa visite, à laquelle ils ont aussi expliqué avoir accordé une importance relative.

Mais M. Breton a tout simplement nié avoir formulé ces propos lors de sa visite, qui a été suivie, un mois plus tard, par sa démission à cause de loyers impayés.

«Absolument pas», a-t-il laissé tomber, pour ajouter ensuite: «Depuis le début, j'ai toujours dit la vérité et tout ce qui a été confirmé, a été la vérité.»

M. Breton a soutenu que l'objectif de sa visite était le contraire d'une démarche d'ingérence dans les dossiers du BAPE, dont il souhaitait améliorer l'indépendance.

Le député a soutenu que les membres de l'opposition n'ont cessé de l'intimider depuis son arrivée en politique en raison de son passé de militant écologiste.

«J'ai été accueilli dans cette enceinte par du 'bullying politique' et je considère qu'il y a des gens qui ont voulu m'intimider, m'humilier et me salir parce que j'ai à coeur l'environnement et l'indépendance du BAPE», a-t-il dit.

Mais M. Paradis a émis des doutes sur la version de M. Breton et il a soutenu que sa visite a compromis l'indépendance des commissaires.

«Ce sont des gens qui doivent avoir une indépendance et ils ont tous senti que cette indépendance était compromise par les propos que vous aviez tenus avant, par la menace que vous aviez faite suivant leurs témoignages sous serment, que si vous n'étiez pas satisfait ils en entendraient parler», a-t-il dit.

M. Paradis a soutenu que les commissaires du BAPE avaient des pouvoirs similaires à ceux de la Commission Charbonneau mais M. Breton a soutenu que l'organisme n'est pas pour autant quasi-judiciaire, ce qui ne faisait pas de sa visite une violation du principe de séparation des pouvoirs.

Quant aux numéros de téléphones du personnel du BAPE, M. Breton a répété qu'ils ne les avait jamais exigés et qu'il s'agissait d'une initiative de sa garde du corps, qui suivait une procédure de sécurité habituelle.

Une adjointe à la présidence du BAPE, Danielle Vuerich, est ensuite venue témoigner pour confirmer que cette demande avait effectivement été formulée par l'agente de sécurité qui accompagnait le ministre lors de son passage.

La députée de Québec solidaire Françoise David a affirmé que le mandat de la commission était une perte de temps.

«Au terme de cet après-midi d'audition, nous ne serons pas plus avancés et les contribuables nous auront payé pour perdre notre temps», a-t-elle dit.