NOUVELLES

Washington dément envisager des sanctions contre le Venezuela

23/04/2013 03:23 EDT | Actualisé 23/06/2013 05:12 EDT

Washington a démenti mardi envisager de sanctionner le Venezuela après la présidentielle très disputée qui a abouti à la proclamation de la victoire de Nicolas Maduro, qui a menacé de représailles les Etats-Unis en cas de sanctions.

Dauphin de Hugo Chavez dont la victoire n'a pas encore été reconnue par Washington, Nicolas Maduro a déclaré qu'il prendrait des mesures contre les Etats-Unis s'ils venaient à sanctionner son pays parce qu'il ne suit pas les recommandations américaines sur un nouveau comptage des votes après la présidentielle du 14 avril.

"Je ne suis pas au courant d'un quelconque effort allant dans le sens de la préparation de sanctions contre le Venezuela à ce stade", a déclaré mardi un porte-parole du département d'Etat, Patrick Ventrell, à des journalistes.

Dimanche, la secrétaire d'Etat adjointe pour l'Amérique latine Roberta Jacobson n'avait pas exclu d'éventuelles sanctions américaines contre le Venezuela en cas de non-recomptage des voix à la présidentielle contestée par l'opposition. "Nous ne pouvons pas dire si nous allons ou non appliquer des sanctions", avait-elle déclaré à la chaîne de télévision CNN en espagnol.

"Je pense que les Vénézuéliens ont entendu (ces déclarations) et en ont déduit que nous envisagions quelque chose, mais je vous dis que ce n'est pas quelque chose que nous étudions à l'heure actuelle", a ajouté Patrick Ventrell.

L'héritier politique d'Hugo Chavez Nicolas Maduro a été proclamé vainqueur du scrutin face à l'opposant Henrique Capriles avec une marge de 1,8 point, ce qui a incité l'opposition à exiger un nouveau comptage des bulletins de vote. Un audit élargi sur les résultats de l'élection réclamé par l'opposition doit commencer cette semaine, même si ses modalités restent à définir.

De son côté, le Conseil national électoral du Venezuela a déjà prévenu samedi qu'il ne pouvait pas revenir sur la victoire de M. Maduro.

La semaine dernière, le secrétaire d'Etat américain John Kerry avait estimé qu'il devait "y avoir un nouveau comptage des voix". "On s'en moque de votre reconnaissance", avait alors répliqué M. Maduro.

sct/mdm/lor

PLUS:afp