NOUVELLES

Trafic d'armes et de pièces de fusil: un militaire canadien est accusé

23/04/2013 11:12 EDT | Actualisé 23/06/2013 05:12 EDT

ORILLIA, Ont. - Un membre des Forces armées canadiennes a été accusé sous plus de 30 chefs de fabrication et de contrebande d'armes illégales à la suite d'une enquête menée par divers services policiers en Ontario, au Québec et aux États-Unis.

La Police provinciale de l'Ontario (OPP) a identifié le suspect comme étant David Thériault, 36 ans, de Lyster, au Québec,

Au cours d'une enquête en ligne sur la vente, la distribution et l'exportation de différentes pièces améliorant la performance des armes à feu, des enquêteurs des États-Unis ont demandé l'aide de la Police provinciale de l'Ontario.

Les pièces améliorant la performance auraient notamment permis à leurs utilisateurs d'utiliser un commutateur de sélection pour convertir des armes à feu semi-automatiques en des armes entièrement automatiques. D'autres pièces auraient permis à un utilisateur d'augmenter l'autonomie d'une arme à feu avec un magasin de munitions de surcapacité.

Au cours de l'enquête, des mandats de perquisition ont été exécutés à la Base des Forces armées canadiennes de Borden, en Ontario, et à plusieurs endroits au Québec. La saisie majeure comprend des centaines d'armes à feu, une multitude d'accessoires, des documents, des manuels, un ordinateur et plusieurs disques durs portatifs et un véhicule automobile.

En plus de devoir affronter la justice au Canada, M.Thériault devra faire face à des accusations aux États-Unis. Il est présentement détenu en Ontario et doit comparaître devant le tribunal, à Barrie, le 2 mai.

L'enquête se poursuit et d'autres accusations pourraient être portées.

PLUS:pc