NOUVELLES

Don, restitution et acquisition de trois tableaux au Musée des beaux-arts

23/04/2013 01:42 EDT | Actualisé 23/06/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) a tenu à souligner mardi le don, la restitution et l’acquisition de trois tableaux liés à la mémoire de l'Holocauste.

Les tableaux ont été montrés lors d'une cérémonie spéciale au musée, alors que le Canada occupe cette année la présidence de l'Alliance internationale pour la mémoire de l'Holocauste (AIMH).

Le musée a remis mardi «Le Duo» (1623-1624) de Gerrit van Honthorst à la famille Spiro, un tableau dont les aïeux Ellen et Bruno furent privés lors d'une vente forcée en Allemagne. Ce tableau retrouve sa famille d’origine, mais le musée a tenu à ce que la mémoire de la famille Spiro soit soulignée d'une autre manière dans l'établissement.

Ainsi, un autre tableau sera dédicacé en hommage à la famille Spiro. Il s'agit de «Femme accordant un luth» (1624), également de Gerrit van Honthorst, une importante acquisition réalisée récemment par le musée à la foire d’art de Maastricht.

Puis, un troisième tableau, anciennement spolié dans l’Autriche nazie puis restitué dernièrement à ses descendants, est offert au musée grâce à la générosité de la famille Jorisch. Il s'agit du tableau «Enfants rentrant de l’école» (1836), du peintre autrichien de l’époque Biedermeier, Ferdinand Georg Waldmüller.

Stéphane Jorish a indiqué que «Enfants rentrant de l'école» était le tableau préféré de son père, et que celui-ci revêtait un caractère particulier. Georges Jorisch y avait d'abord porté «le regard d'un enfant de dix ans qui ne pouvait pas aller à l'école publique à cause de la situation en Autriche», a-t-il expliqué.

Récemment décédé, Georges Jorisch avait la volonté d'offrir cette oeuvre au MBAM pour souligner «l'hospitalité» de la ville de Montréal pour lui et sa famille au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale.

Georges Jorisch avait réussi à récupérer dans les années 2010-2012 certains biens spoliés, dont ce précieux tableau de ses souvenirs d'enfance.

Nathalie Bondil, directrice et conservatrice en chef du Musée des beaux-arts de Montréal, a dit voir dans le don, la restitution et l’acquisition de ces trois tableaux un «effet de croisement assez extraordinaire».

«Les oeuvres ont leur propre itinéraire. Et un événement comme celui d'aujourd'hui (mardi) nous rappelle qu'il y a les destins parfois tragiques d'hommes et de femmes derrière le discours académique», a d'abord exprimé en entrevue Mme Bondil.

Elle a ajouté trouver «émouvant» que cela se passe ainsi à Montréal, une ville «qui a accueilli 15 000 juifs après l'Holocauste».

«Dans la salle, il y avait beaucoup d'amis, des collectionneurs, qui se souvenaient de la tragédie de la Shoah. Je crois aussi que cela montre que Montréal est une ville qui veut vivre en paix avec sa mémoire, et le Musée veut se positionner en ce sens», a ajouté Mme Bondil.

«Le Duo» se trouvait au MBAM depuis 1969, le Musée ayant dit l'avoir alors acheté «de bonne foi» dans une galerie d'art.

Ce mardi, la direction a indiqué remettre «Le Duo» aux descendants Spiro «après une recherche approfondie» effectuée par le service des archives à la suite de la réception de «nouveaux éléments provenant des représentants de la famille».

«Le Duo» doit désormais être vendu aux enchères Christie's à New York au bénéfice des héritiers de la famille Spiro.

PLUS:pc