NOUVELLES

Un budget pour l'Ontario le 2 mai

22/04/2013 12:29 EDT | Actualisé 22/06/2013 05:12 EDT

La nouvelle première ministre Kathleen Wynne dévoilera finalement le jeudi 2 mai, soit plus d'un mois plus tard qu'à l'habitude en Ontario, son premier budget tant attendu, qui pourrait mener au déclenchement d'élections.

Les libéraux sont minoritaires à l'Assemblée législative.

Les conservateurs ont déjà fait savoir qu'ils voteraient contre le budget, même sans avoir vu le document. De leur côté, les néo-démocrates ont soumis une série de conditions en échange de leur appui, comme de meilleurs soins à domicile pour les aînés et une réduction des primes d'assurance automobile.

Le ministre des Finances, Charles Sousa, a annoncé la date du budget, lundi matin, tout en révisant à la baisse, à 9,8 milliards de dollars, le déficit pour 2012-2013. C'est près de 5 milliards de moins que ne le prévoyait le dernier budget libéral. Ces prévisions avaient déjà été revues à la baisse à 11,9 milliards en janvier dernier.

Le fédéral et les autres provinces ont déjà déposé leur budget 2013.

Pas de « mesures extrêmes »

Pour en arriver à l'équilibre budgétaire, le dernier budget provincial prévoyait entre autres une réduction des dépenses de 17,7 milliards sur trois ans, soit les pires compressions depuis les conservateurs de Mike Harris dans les années 90. 

Mme Wynne, qui a succédé à Dalton McGuinty à la tête des libéraux en janvier dernier, a répété, après avoir pris le pouvoir, la promesse du Parti de sortir l'Ontario du rouge d'ici 2017-2018. Elle s'est aussi engagée à protéger les programmes sociaux, affirmant qu'elle voulait être la première ministre de la justice sociale.

Le ministre ontarien des Finances, Charles Sousa, a, toutefois, déclaré, lundi matin, qu'il adopterait une « approche mesurée » pour effacer le déficit. Il a, par ailleurs, écarté de nouvelles taxes ou une augmentation des dépenses dans le budget.

De leur côté, nombre de municipalités espèrent que le budget contiendra des millions pour les infrastructures. Par exemple, leresponsable des infrastructures routières à Sudbury, David Shelsted, prévoit déjà des intersections élargies et des artères à six voies pour rendre la circulation plus fluide.

Motion de censure

Le gouvernement libéral pourrait, toutefois, tomber avant même que le budget ne soit déposé.

Les conservateurs de Tim Hudak débattent de l'idée de présenter une motion de censure contre le gouvernement minoritaire au sujet de l'annulation controversée de projets de centrales électriques à Oakville et à Mississauga. Les conservateurs comptent soutenir que les libéraux continuent de tenter de tromper le public quant au véritable coût de l'annulation de ces projets.

Le vérificateur général de la province a conclu récemment que le déménagement à Sarnia du projet de centrale au gaz naturel de Mississauga coûterait 275 millions de dollars aux contribuables, soit 45 % de plusque ne le promettaient les libéraux.

Le vérificateur se penche maintenant sur l'annulation du projet d'Oakville. Selon les partis d'opposition, le coût sera beaucoup plus élevé que les 40 millions estimés par le gouvernement. Les conservateurs et le NPD accusent les libéraux d'avoir annulé les deux projets afin de sauver la peau de deux de leurs députés lors des dernières élections en 2011.

PLUS:rc