NOUVELLES

« Je veux lui fermer la gueule » - Bute

22/04/2013 12:34 EDT | Actualisé 22/06/2013 05:12 EDT

Lucian Bute a lancé un message clair à ses partisans et à Jean Pascal, lundi, à son camp d'entraînement de West Palm Beach, en Floride.

L'ancien champion IBF des super-moyens a indiqué aux journalistes sur place qu'il souhaite régler le cas de Pascal.

« Ça fait des années qu'il parle de moi. Il m'a lancé un défi. Il parle en mal de moi. Ces choses-là sont à l'intérieur de moi. Je n'ai jamais été aussi motivé. Je veux lui fermer la gueule », a-t-il lancé sur un ton hargneux qu'on ne lui connaissait pas.

Le hic, c'est que Bute avait promis la même chose dans les semaines qui ont précédé son duel fatidique contre l'Anglais Carl Froch.

On se souvient tous comment les choses se sont mal terminées le 26 mai 2012, à Nottingham. Le Montréalais d'adoption y a subi, en moins de cinq rounds, la pire raclée et la seule défaite de sa carrière.

« Je ne savais pas ce que c'était de perdre. J'ai réalisé que je n'avais pas tout fait ce qu'il fallait faire contre un adversaire aussi difficile. Je l'ai probablement sous-estimé un peu. Mais je n'avais pas la même confiance que maintenant. »

Leçon bien apprise

Bute, c'est vrai, affiche une forme splendide. Son entraîneur Stephan Larouche répète qu'il n'a jamais vu son protégé aussi motivé. À raison de deux séances par jour, sauf les dimanches, Bute peaufine sa préparation.

Bien encadré par Larouche, la nutritionniste Mélanie Olivier et le préparateur physique Alain Delorme, Bute met les bouchées doubles. Reprenant un autre refrain connu, jadis servi par Muhammad Ali, Bute a indiqué qu'il était prêt à en baver au gymnase pour que ce soit plus facile le soir du combat.

Pour ce qui est du poids qu'il doit ajouter à sa charpente, Bute parle là aussi avec confiance.

« Ça va être un avantage parce que je me sens plus fort. Mais je suis conscient que Jean Pascal est très fort et qu'il boxe à 175 lb depuis longtemps. Il a déjà été champion du monde des mi-lourds. »

Pour Alain Delorme, c'est encore plus clair. « On ne développe pas de la masse musculaire. On développe un athlète et le résultat a un impact sur la masse musculaire, pas l'inverse. On verra Lucian à son sommet. Ces gains ont été acquis avec du travail en puissance, en vitesse, en agilité et en mobilité. »

Ayant commencé sa préparation dès le mois de décembre, Bute avait une longueur d'avance avant de débarquer en Floride.

Le boxeur canadien a conclu en insistant sur le fait qu'il devra rester concentrer pendant 12 rounds s'il le faut.

« Jean Pascal est un boxeur explosif avec un bon crochet du gauche. Je m'entraîne avec des partenaires imprévisibles qui sont capables d'attaquer ou de contre-attaquer ».

En collaboration avec Diane Sauvé

PLUS:rc