NOUVELLES

Le traitement Strasburg pour Galchenyuk

22/04/2013 02:44 EDT | Actualisé 21/06/2013 05:12 EDT

Une équipe qui se dirige vers une participation aux séries. Un jeune prodige dont la carrière a été ralentie par une blessure. L'équilibre entre le besoin de succès immédiat et l'avenir à long terme de ce prodige.

À bien des égards, le Canadien se retrouve avec Alex Galchenyuk dans la même situation qu'étaient les Nationals de Washington avec Stephen Strasburg en 2012.

Strasburg, rappelons-le, présentait l'an passé une fiche de 15-6 avec 197 retraits au bâton en 159,1 manches. Mais il disputait une première saison complète depuis son opération de type Tommy John. Les Nationals l'ont donc forcé au repos dès le 8 septembre, même s'ils participaient ensuite aux séries.

Dans le cas de Galchenyuk, c'est plutôt une déchirure ligamentaire à un genou qui lui a mis des bâtons dans les roues en 2011-2012. Limité à huit matchs cette saison-là, il est revenu au premier plan en 2012-2013 et a disputé samedi son 85e match de la saison (sans compter les rencontres préparatoires avec le Sting de Sarnia et l'équipe américaine junior).

Mais à 19 ans, il assure que l'énergie n'est pas un problème.

« Je me sens assez bien. Et quand tu joues dans un endroit comme le Centre Bell, le bruit des partisans m'aide à retrouver mon énergie. Donc, tu n'as pas vraiment à te motiver avant un match », a lancé le jeune homme après l'entraînement de lundi.

Évidemment, la blessure subie par Strasburg est nettement plus dangereuse que celle de Galchenyuk pour la suite d'une carrière. Et l'attaquant du Canadien n'est pas aussi dominant parmi les grands que l'artilleur des Nationals. Mais l'idée du juste milieu entre le besoin immédiat de gagner et la santé des deux jeunes demeure la même.

Pas de panique!

La fatigue n'a visiblement pas atteint Galchenyuk, qui s'impose comme un des meilleurs attaquants du Canadien depuis 10 matchs. Au cours de cette période, il a inscrit au moins un point dans huit rencontres pour amasser six buts et trois aides.

Le numéro 27 présente de telles statistiques en dépit du fait que son temps d'utilisation est limité. Soir après soir, il figure parmi les trois attaquants les moins employés par Michel Therrien, et il se contente souvent de miettes en avantage numérique (1:04 par match, le 8e total parmi les attaquants). Il a excédé les 12 minutes de jeu seulement 3 fois dans les 10 derniers matchs.
Avec sous la main une équipe qui se cherche, Therrien a-t-il été tenté de déroger de son « plan » avec Galchenyuk et d'exploiter davantage son talent naturel?

« Il va très bien dans la position où on le met, a rappelé Therrien. Si on commence à changer cette position, je ne suis pas sûr que ça ira si bien. On a toujours tendance à penser qu'on va en donner plus à un joueur et que ça ira mieux. Ce n'est pas toujours comme ça, c'est parfois le contraire. On a un plan avec Alex. Il va bien, il progresse. On veut s'assurer que ça continue. »

En bonne recrue, Galchenyuk balaie du revers de la main toute question sur son utilisation.

« Les gens me posent toujours des questions sur mon temps de glace. Je suis simplement heureux de faire partie de cette équipe. Après les matchs, je ne regarde pas combien de temps je joue. Ça ne me dérange pas. Je me concentre à faire les bonnes choses sur la glace. »

Moen en danger

Par ailleurs, il semble que Travis Moen soit en danger de sauter son tour mardi soir au New Jersey.

À l'entraînement de lundi, l'attaquant a fait plusieurs apparitions dans le « cinquième » trio avec Gabriel Dumont et Mike Blunden, tandis que la quatrième unité était formée de Brandon Prust, Jeff Halpern et Colby Armstrong. Ce dernier s'est dit prêt à revenir au jeu après sa blessure à un genou.

Therrien n'a toutefois pas voulu confirmer quoi que ce soit au sujet de sa formation.
Therrien a également jonglé avec ses duos d'arrières. Il a réuni Josh Gorges à Raphael Diaz, un tandem qui fonctionnait bien en début de saison. Andrei Markov a été jumelé à Yannick Weber, tandis que Francis Bouillon a retrouvé P.K. Subban.

Trios à l'entraînement

Bourque-Plekanec-Gionta
Pacioretty-Desharnais-Gallagher
Galchenyuk-Eller-Ryder
Prust-Halpern-Armstrong
Moen-Dumont-Bounden

Défenseurs

Gorges-Diaz
Bouillon-Subban
Markov-Weber
Kaberle-Drewiske

À noter

- Le Canadien a rappelé des Bulldogs de Hamilton les gardiens de but Robert Mayer et Dustin Tokarski, les défenseurs Nathan Beaulieu, Greg Pateryn et Jarred Tinordi, de même que les attaquants Michaël Bournival, Louis Leblanc et Petteri Nokelainen.

PLUS:rc