NOUVELLES

La droite de retour au pouvoir au Paraguay

22/04/2013 12:40 EDT | Actualisé 22/06/2013 05:12 EDT

La droite l'a emporté lors de l'élection présidentielle au Paraguay, et cette force politique reprend le pouvoir après une courte pause de six ans.

Le chef actuel du Parti Colorado, Horacio Cartès, a été élu avec une forte avance sur son plus proche adversaire. Il a récolté 46 % des votes, contre 37 % pour le chef du Parti libéral, Efrain Alegre.

Selon les chiffres communiqués par le gouvernement, les trois quarts des électeurs se sont exprimés.

Horacio Cartès était déjà très connu au Paraguay, puisqu'il est un des entrepreneurs les plus riches du pays. Il a notamment été président d'une importante équipe de soccer, Libertad. Fait inusité, il a avoué pendant la campagne n'avoir jamais exercé son droit de vote avant de se joindre à la formation de droite en 2009.

Longue histoire

Le parti Colorado a été au pouvoir de 1954 à 2008. La gauche de Fernando Lugo avait alors obtenu la présidence, mais avait dû former une coalition avec le Parti libéral pour garder le pouvoir. L'alliance a été rompue en 2012, obligeant le président à céder sa place à son vice-président, Federico Franco et provoquant de fortes dissensions au sein du parti. La gauche s'est donc présentée à la présidentielle fortement affaiblie et n'a obtenu que 5 % des votes.

Le nouveau président, qui entrera en fonction en août, aura le défi de permettre à son pays de réintégrer le Mercosur, la communauté économique d'une grande partie de l'Amérique du Sud. Le Paraguay a été suspendu en juin, à la suite de la destitution de Fernando Lugo.

Horacio Cartès devra aussi combattre la corruption au sein de son propre parti, qu'il a promis de réformer.

Sombre journée électorale

Par ailleurs, les policiers ont la cible d'attentats dans le département de la Concepcion, d'une localité du département de la Concepcion, au centre du pays.

Le commissariat de la localité de Kurusu de Hierro a été la cible d'une attaque à la bombe en matinée, sans faire de blessés.

Puis, quelques heures plus tard, un convoi de la police a été attaqué. Un policier a été tué, de même qu'un assaillant, qui ferait partie de l'Armée du peuple paraguayen.

PLUS:rc