NOUVELLES

Israël: accord entre compagnies aériennes et gouvernement, fin de la grève

22/04/2013 02:00 EDT | Actualisé 22/06/2013 05:12 EDT

La grève des employés des compagnies aériennes israéliennes qui paralysait depuis dimanche l'aéroport international Ben Gourion de Tel-Aviv a pris fin lundi en début de soirée à la suite d'un accord avec le gouvernement, a annoncé la centrale syndicale Histadrout.

"La grève est finie à la suite d'un accord intervenu avec le Trésor", a déclaré à l'AFP la porte-parole de la Histadrout, Dafna Cohen-Nuriel.

Les grévistes des trois compagnies privées locales -- El Al, Arkia et Israir -- protestaient contre l'accord "Open Skies" qui prévoit un plus grand accès de leurs concurrentes européennes au marché israélien, ratifié dimanche par le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu, un libéral convaincu.

Selon la radio publique, le ministère des Finances a accepté de prendre en charge 98% des frais liés aux contrôles de sécurité renforcés imposés par les autorités à El Al, Arkia et Israir, un des principaux contentieux de ce conflit social.

A la suite de cet accord, la centrale syndicale a annoncé la fin du mouvement de protestation et renoncé à son projet de paralysie générale de l'aéroport Ben Gourion à l'aube mardi.

Le patron d'El Al, Eliezer Shkedi, s'est déclaré satisfait de la prise en charge des frais du coûteux dispositif de sécurité à l'embarquement des lignes israéliennes, a indiqué la radio publique.

Les compagnies israéliennes arguaient ne pas pouvoir lutter à armes égales face à leurs rivales étrangères qui ne sont pas contraintes d'investir comme elles des dizaines de millions de dollars par an pour financer les procédures et le personnel de contrôle qui leur sont imposés par les autorités.

Les trois compagnies s'étaient aussi opposées à l'accord "Open Skies" en affirmant qu'il se traduirait par une vague de licenciements.

La grève, débutée dimanche matin, a encore provoqué lundi l'annulation de la plupart de leurs vols à partir ou à destination d'Israël.

Un porte-parole de l'Autorité aéroportuaire israélienne a précisé que sur les 48 vols des trois compagnies israéliennes prévus lundi, qui devaient emmener 6.800 passagers, seuls trois ou quatre d'entre eux avaient pu décoller après avoir obtenu une permission spéciale des représentants syndicaux.

Des dizaines de passagers pris au piège sont restés bloqués à Ben Gourion, a constaté l'AFP. Certains ont passé la nuit dans des sacs de couchage. Des touristes déboussolés se sont plaints de ne pas avoir été informés de la grève et de ne pas avoir reçu de bons pour les repas.

Le ministre des Finances, Yaïr Lapid, a affirmé à la radio que l'accord de dérégulation du transport aérien avec l'UE était un "fait accompli" et a critiqué une "grève superflue qui fait souffrir des passagers".

Le gouvernement Netanyahu espère que l'accord "Open Skies" avec l'Union européenne réduira le coût des voyages aériens à destination et en provenance d'Israël et accroîtra le tourisme.

Israël et l'UE avaient signé en mars 2012 cet accord qui vise à ouvrir et intégrer leurs marchés respectifs. En vertu de cet accord, les compagnies aériennes européennes pourront opérer des vols directs vers Israël à partir de n'importe quel pays, et les mouvements des compagnies israéliennes dans l'Union européenne seront facilités.

jlr/agr/cco

PLUS:afp