NOUVELLES

Combats au Nigeria: le bilan s'élève à 187 morts, selon la Croix-Rouge

22/04/2013 03:30 EDT | Actualisé 22/06/2013 05:12 EDT

LAGOS, Nigeria - Les affrontements survenus vendredi entre soldats et combattants islamistes dans une ville du nord-est du Nigeria ont fait au moins 187 morts, a annoncé lundi la Croix-Rouge nigériane.

L'armée a interdit aux représentants de l'organisme d'entrer à Baga, qui est située sur les bords du lac Chad, a révélé Nwakpa O. Nwakpa, un porte-parole de la Croix-Rouge.

Il a ajouté que 77 personnes avaient été blessées et qu'environ 300 maisons avaient été brûlées. Les résidants ont accusé les militaires d'avoir mis le feu à des quartiers en sachant que des civils y étaient cachés.

Les combats ont commencé vendredi et ont duré plusieurs heures, poussant les habitants à s'enfuir dans les terres arides et broussailleuses qui entourent le localité.

Dimanche, un représentant du gouvernement local avait déclaré qu'au moins 185 personnes avaient perdu la vie dans les hostilités. Les autorités n'ont toutefois pas pu préciser combien de ces victimes appartenaient à la population civile.

Selon les résidants, plusieurs des corps étaient calcinés et il était donc impossible de les identifier. Les dépouilles ont été immédiatement enterrées, conformément aux traditions musulmanes locales.

Les militants islamistes ont utilisé des grenades propulsées par fusée et des mitrailleuses lourdes durant les affrontements qui, d'après le brigadier général Austin Edokpaye, ont commencé après que des soldats eurent encerclé une mosquée où se trouvaient des membres de Boko Haram.

L'armée nigériane a soutenu que les islamistes avaient pris des civils comme boucliers durant les combats.

L'insurrection islamiste menée par Boko Haram au Nigeria a commencé à prendre de l'ampleur en 2009. Les autorités ont répliqué avec une violente répression qui a fait quelque 700 morts.

Boko Haram, qui signifie «l'éducation occidentale est un péché» en haoussa, la langue la plus parlée dans le nord du Nigeria, exige la libération de tous ses membres emprisonnés et l'application de la charia dans l'ensemble du pays de 160 millions d'habitants.

PLUS:pc