NOUVELLES

Soudan: "mutinerie" de policiers au Darfour (ministère Intérieur)

21/04/2013 02:02 EDT | Actualisé 21/06/2013 05:12 EDT

Une mutinerie a éclaté au sein d'une unité spéciale de la police du Darfour-Ouest, a annoncé dimanche le ministère soudanais de l'Intérieur.

"Un petit groupe (de membres) de la Réserve centrale de la police s'est mutiné", a affirmé le ministère dans un communiqué publié par l'agence officielle SUNA. L'agence précise qu'ils sont basés à El Geneina, chef-lieu de cette province de l'ouest du Soudan, proche de la frontière tchadienne.

Ils ont "commencé à tirer en l'air", semant la panique parmi les habitants, avant de s'enfuir vers le sud-ouest, a indiqué le ministère, ajoutant qu'il n'y avait pas de victime et que l'armée poursuivait les mutins.

Selon SUNA, les mutins "se sont retirés de leur complexe emportant quatre Land Cruisers avec des armes et de la nourriture".

Le secteur est calme à présent, a indiqué l'agence.

La Réserve centrale est une des forces utilisées par le gouvernement pour combattre les rebelles du Darfour qui se sont soulevés en 2003 contre le régime de Khartoum.

Les membres de cette force au Darfour appartenaient à la milice arabe pro-régime Janjawid qui s'est livrée à des atrocités contre les populations africaines locales.

Plus récemment, la Réserve centrale a été impliquée dans d'autres abus.

La semaine dernière la tribu Salamat a accusé la Réserve centrale d'avoir participé aux combats à Rahad el-Berdi près de Umm Dukhun, à environ 200 km au sud d'El-Geneina.

Au moins 18 personnes ont été tuées dans ces combats entre les tribus Misseriya et Salamat autour de Umm Dukhun, selon un dirigeant tribal.

Des experts de l'ONU ont rapporté en février que des témoins et des victimes avaient pointé la Réserve centrale et d'autres forces paramilitaires "pour des actes de harcèlement et d'intimidation" dans des zones rurales ou dans les camps abritant les quelque 1,4 million de déplacés du Darfour.

Si le Darfour a traversé une décennie de violence, avec notamment des combats entre troupes gouvernementales et insurgés et des affrontements tribaux, les mutineries sont rares dans cette région grande comme la France.

Plus tôt dans la journée, le chargé d'affaires américain au Soudan Joseph Stafford avait estimé que l'état de la sécurité au Darfour se dégradait et illustrait la nécessité de désarmer les milices.

str-it/sbh/feb

PLUS:afp