NOUVELLES

Gaza: Hamas fustige l'appel américain à Erdogan pour un report de sa visite (porte-parole)

21/04/2013 02:46 EDT | Actualisé 21/06/2013 05:12 EDT

Le Hamas, au pouvoir à Gaza, a fustigé dimanche l'appel du secrétaire d'Etat américain John Kerry au Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan pour qu'il reporte son projet de visite dans le territoire palestinien.

"Le Hamas dénonce la position des Etats-Unis appelant à l'annulation de la visite du Premier ministre turc Erdogan à Gaza. Cela prouve l'implication des Etats-Unis dans la consécration du blocus de Gaza", a affirmé un porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri, dans un communiqué.

M. Abou Zouhri a accusé M. Kerry et le président palestinien Mahmoud Abbas, qui se sont rencontrés dimanche à Istanbul, de "collusion entre les deux parties pour maintenir le blocus de Gaza et resserrer l'étau sur le Hamas".

A l'issue d'un entretien avec M. Erdogan dimanche à Istanbul, le secrétaire d'Etat américain a indiqué lui avoir fortement suggéré d'ajourner son projet. "Nous pensons réellement qu'il serait mieux de retarder (cette visite) et qu'elle ne devrait pas avoir lieu en ce moment pour différentes raisons".

"Nous pensons que le moment est particulièrement critique", a ajouté le responsable américain devant la presse, "nous jugeons qu'il serait plus utile d'attendre des circonstances favorables".

Après l'avoir annoncée puis ajournée à plusieurs reprises, M. Erdogan a confirmé au début du mois son intention de se rendre à Gaza à la fin mai afin, a-t-il plaidé, "d'aider" à la levée de l'embargo et du blocus décrété par Israël sur l'enclave palestinienne.

John Kerry a également profité de son séjour stambouliote pour s'entretenir une nouvelle fois avec Mahmoud Abbas de "la manière de faire revenir les deux parties (palestinienne et israélienne) à la table des négociations", selon le département d'Etat.

M. Kerry n'a pas été très disert devant la presse sur cet échange, se contentant de le qualifier de "très productif".

Washington travaille ainsi à un projet de relance de l'économie palestinienne pour tenter de rétablir la confiance entre les deux parties, faute d'avoir enregistré des progrès pendant la dernière tournée de M. Kerry dans la région.

Au cours de son séjour en Turquie, le président palestinien a également rencontré M. Erdogan pour, notamment, tenter de le dissuader de visiter prochainement Gaza, un projet critiqué par la direction de son mouvement Fatah qui reproche à de telles visites de "renforcer la division palestinienne".

Le Fatah et le Hamas ont signé le 27 avril 2011 au Caire un accord de réconciliation mais la plupart des clauses sont restées lettre morte et les échéances constamment repoussées.

Le climat s'est même envenimé ces derniers jours. Le Hamas a accusé le négociateur palestinien Saëb Erakat de s'être entendu avec le secrétaire d'Etat américain pour "bloquer toute application des accords de réconciliation pendant trois mois afin de donner davantage de chances à John Kerry", des "mensonges nuisibles à la cause palestinienne", selon M. Erakat.

sa-feb-agr/

PLUS:afp