NOUVELLES

Un Palestinien exhibé les mains menottées par la police israélienne (ONG)

20/04/2013 03:35 EDT | Actualisé 20/06/2013 05:12 EDT

Un jeune Palestinien a été exhibé les mains menottées par des gardes-frontières israéliens, une ONG les accusant samedi de l'utiliser comme "bouclier humain" tandis que la police a assuré qu'il s'agissait de montrer qu'il n'était pas blessé.

L'ONG Defence for Children International-Palestine section (DCI) a posté une vidéo de 76 secondes sur YouTube montrant des gardes-frontières en train de sortir un jeune Palestinien de leur jeep blindée puis le forcer à marcher à côté d'eux, les mains menottées au-dessus de la tête.

"Nous sommes choqués par le fait que les soldats israéliens continuent d'utiliser des enfants palestiniens comme boucliers humains en toute impunité", a dénoncé Ayed Abou Qteish de DCI-Palestine dans un communiqué.

"L'adolescent dans ce cas a été délibérément exposé à un danger, après avoir été placé en garde à vue. Les autorités israéliennes doivent mener une enquête rapide, transparente et impartiale et faire en sorte que les auteurs rendent des comptes", a-t-il ajouté.

L'incident s'est produit vendredi à Abou Dis, un quartier palestinien à la périphérie de Jérusalem-Est annexée par Israël.

Le porte-parole des gardes-frontières israéliens, Shai Hachimi, a contesté cette accusation. "Il n'y a pas eu de bouclier humain", a-t-il affirmé, en soulignant que l'officier en charge avait sorti le prisonnier de la jeep et l'avait avancé vers la foule afin de prouver qu'il n'était pas blessé.

Selon lui, alors que quelque 400 protestataires palestiniens attaquaient un poste de la police des gardes-frontières depuis presque quatre heures, certains jetant des pierres et des cocktails Molotov, "un des lanceurs de pierres a été arrêté".

"A ce moment-là, les Palestiniens ont répandu une rumeur selon laquelle il avait été blessé lors de son arrestation. Tout ce que l'officier voulait faire était leur montrer que tout allait bien. (L'adolescent) a été placé de façon visible pendant environ 20 secondes, ensuite ils l'ont ramené dans la jeep. Dix minutes plus tard la manifestation était terminée", a-t-il affirmé.

scw/kir/cco/tp

PLUS:afp