NOUVELLES

Venezuela: l'inauguration de Maduro se fait dans un étrange climat

19/04/2013 12:30 EDT | Actualisé 19/06/2013 05:12 EDT

CARACAS, Venezuela - La journée d'inauguration du nouveau président du Venezuela aurait pu être plus agréable, vendredi.

Quelques heures avant que le président Nicolas Maduro n'entre officiellement en fonction, son gouvernement a annoncé qu'il autoriserait un réexamen complet de l'élection très serrée qu'il aurait, selon l'opposition, gagnée par fraude.

Ce geste, selon des analystes, est sans doute une reconnaissance de la pression effectuée autant à l'échelle nationale qu'internationale.

Les énormes foules qui remplissaient les rues pour le défunt dirigeant Hugo Chavez ont par la suite oublié de se présenter.

Un spectateur a, enfin, réussi à monter sur la scène et à interrompre le discours inaugural de M. Maduro, criant dans le micro avant d'être intercepté par la sécurité.

Il s'agit d'un étrange début de mandat de six ans pour l'ancien chauffeur d'autobus oeuvrant dans l'ombre de M. Chavez et peinant à inspirer la même ferveur que générait l'ancien lieutenant-colonel pendant ses 14 années au pouvoir.

M. Maduro, qui bénéficie de l'appui des bases chavistes, a besoin de tout l'élan qu'il peut trouver pour consolider son contrôle sur un pays combattant des pénuries alimentaires et de médicaments, d'importantes pannes d'électricité et certains des taux de meurtre et de kidnapping les plus élevés du monde.

Alternant entre un ton conciliant et véhément, M. Maduro s'est dit prêt à travailler avec l'opposition, bien que le gouvernement ait annoncé une série de promesses similaires sans les tenir.

L'annonce d'un recomptage par le Conseil électoral national représente un recul surprenant pour un gouvernement qui a assuré pendant une semaine qu'un tel examen de l'élection n'aurait pas lieu. Des responsables gouvernementaux estiment toutefois que le résultat ne sera pas renversé.

La décision gouvernementale a été diffusée tard jeudi soir, quelques moments avant le début d'une rencontre d'urgence des leaders d'Amérique du Sud, l'UNASUR, pour discuter de la crise électorale vénézuélienne. Ces leaders ont fini par entériner la victoire de M. Maduro. Au dire d'analystes, il s'agirait d'un geste posé en échange du réexamen de l'élection.

Pour le candidat de l'opposition vénézuélienne, Henrique Capriles, le recomptage prouvera qu'il a remporté la présidence. Et même si le résultat est maintenu et que les tensions sont réduites, l'audit renforcera l'opposition contre un président dont la courte victoire l'a laissé beaucoup plus faible que le ne fut jamais Hugo Chavez, mentionnent des analystes.

«Le régime n'a aucune intention de modifier la situation actuelle», a déclaré Vicente Torrijos, un politologue de l'Universidad del Rosario, en Colombie, laissant entendre que le gouvernement pro-Chavez ne laissera pas le recomptage lui faire perdre le pouvoir.

Malgré tout, il estime qu'il s'agit «d'un gouvernement faible, extrêmement fragile, et c'est un régime intenable».

Nicolas Maduro a remporté la présidentielle par une très courte marge de 267 000 voix, alors que 14,9 millions de personnes ont exercé leur droit de vote. Cela n'inclut pas plus de 100 000 bulletins qui ont été remplis à l'étranger, où plus de 90 pour cent des ressortissants ont voté pour M. Capriles lors de la précédente élection, en octobre, contre Hugo Chavez.

Les Vénézuéliens ont voté sur des ordinateurs émettant des reçus en papier pour confirmer l'exactitude du vote électronique. Les autorités ont comparé 54 pour cent du vote électronique par rapport aux reçus en papier et aux registres contenant les noms, signatures et empreintes digitales des électeurs.

PLUS:pc