NOUVELLES

Venezuela: le conseil électoral vérifiera les machines à voter

19/04/2013 12:13 EDT | Actualisé 18/06/2013 05:12 EDT

CARACAS, Venezuela - Le conseil électoral du Venezuela a annoncé jeudi qu'il vérifierait les machines à voter qui n'ont pas été contrôlées le soir de l'élection présidentielle, une décision semblant signifier qu'il ne procédera pas au recomptage des votes réclamé par l'opposition.

La présidente du conseil, Tibisay Lucen, a affirmé que l'organisme examinerait les machines qui n'avaient pas été vérifiées immédiatement après le scrutin, ce qui correspond à environ 46 pour cent de l'ensemble des appareils.

Le candidat de l'opposition, Henrique Capriles, a demandé un recomptage des votes en s'appuyant sur une série d'allégations de fraudes et d'irrégularités.

Nicolas Maduro, le successeur du défunt président Hugo Chavez, a remporté les élections avec une maigre avance de 262 000 voix sur un total de 14,9 millions.

Par ailleurs, un éminent avocat spécialiste des droits de l'homme a accusé jeudi la garde nationale vénézuélienne d'avoir battu des dizaines de partisans de l'opposition à l'intérieur d'une caserne parce qu'ils refusaient de reconnaître la victoire électorale du dauphin de M. Chavez.

Alfredo Romero a qualifié l'attaque de pire répression politique au Venezuela en six ans. Me Romero a déclaré que les avocats de son groupe ont recueilli des preuves que la garde nationale a utilisé une force excessive contre les manifestants. Certains militaires ont tiré des balles en plastique à bout portant sur les protestataires.

Fondé il a 12 ans, le regroupement d'Alfredo Romero, Foro Penal Venezolano, compte plus de 200 avocats qui représentent gratuitement des prisonniers politiques.

Me Romero a affirmé que son groupe s'était déjà plaint auprès de la Commission interaméricaine des droits de l'homme et qu'il déposera une plainte auprès de la Cour pénale internationale.

PLUS:pc