NOUVELLES

Raikkonen s'offre le meilleur chrono de la 2e séance d'essais libres à Bahreïn

19/04/2013 10:43 EDT | Actualisé 19/06/2013 05:12 EDT

SAKHIR, Bahreïn - Kimi Raikkonen (Lotus) a réalisé le meilleur chrono de la deuxième séance d'essais libres en prévision du Grand Prix de Bahreïn, devant les Red Bull de Mark Webber et Sebastian Vettel.

Raikkonen, victorieux de la première course de la saison en Australie, a devancé Webber de 0,03 seconde et Vettel de 0,12 seconde.

«C'est plaisant d'être le plus rapide mais vous ne savez jamais ce que font les autres, a mentionné Raikkonen, qui a remporté le championnat des pilotes en 2007. Nous nous en tenons à notre programme et ne prêtons pas trop attention à ce qui se passe ailleurs.

«J'ai fait une erreur dans les derniers virages de mon tour le plus rapide, il est donc possible d'aller encore plus vite.»

L'Espagnol Fernando Alonso (Ferrari) s'est classé quatrième tandis que son coéquipier Felipe Massa, le plus rapide en matinée, a signé le sixième chrono.

«Nous sommes relativement satisfaits du comportement de la voiture, a déclaré Alonso. Nous n'avons pas eu de problème majeur et, plus important, nous n'avons apporté aucun changement radical sur la F138 pour l'adapter à ce circuit et à ses lignes droites.»

Paul di Resta a intercalé sa Force India au cinquième rang.

Plusieurs pilotes ont souffert du temps chaud et sec, notamment la Mercedes de Lewis Hamilton, 10e, et la McLaren de Jenson Button, 11e — le plus récent revers de fortune d'une équipe qui peine à être compétitive.

«Nous avons essayé plusieurs choses différentes mais c'est très difficile de trouver les bons réglages ici, a commenté Button. Ce n'est pas un secret, nous sommes plutôt faibles en motricité.»

La séance s'est déroulée presque sans incident, sauf pour Esteban Gutierrez (Sauber) qui a heurté l'aileron arrière de la Caterham de Charles Pic, ce qui a obligé le Mexicain à rentrer aux stands avec son pneu avant-gauche crevé. Gutierrez tarde à s'adapter à la F1 et il a été pénalisé de cinq places sur la grille pour avoir causé l'abandon d'Adrian Sutil en Chine.

La crise politique qui sévit dans ce pays du Golfe fait ombrage dans une certaine mesure à la course.

Si le calme régnait au circuit, des affrontements quotidiens ont lieu dans les villages chiites voisins entre manifestants pro-démocratie et la police anti-émeute. Des manifestants extrémistes espèrent embarrasser la famille royale au pouvoir avec une violence accrue, tandis que les manifestants plus modérés, qui soutiennent la course, veulent tout simplement profiter de l'occasion pour promouvoir leurs demandes.

Les groupes de défense des droits de la personne ont condamné la présentation de la course au milieu d'allégations de répression et d'arrestations généralisées des opposants au gouvernement.

Les équipes et les pilotes ont pour la plupart gardé le silence sur cette crise politique, et la FIA, l'organisme qui régit le sport automobile, a endossé la présentation de la course. Elle a déclaré que le Grand Prix de Bahreïn aurait lieu «après avoir reçu l'assurance du promoteur local et des autorités que la sécurité, qui est de leur responsabilité, sera garanti pour tous les participants.»

«La FIA et la FOM sont convaincus que le sport peut souvent être une force en faveur du bien et que la présentation du Grand Prix de Bahreïn viendra d'une certaine façon aider à apaiser certaines des questions qui ont été soulevées dans les médias», a déclaré la FIA dans un communiqué.

PLUS:pc