NOUVELLES

Programmes exclusifs des cégeps : Pierre Duchesne pourrait modifier la loi

19/04/2013 11:06 EDT | Actualisé 19/06/2013 05:12 EDT

Le ministre de l'Enseignement supérieur, Pierre Duchesne, était de passage dans la région jeudi, à l'occasion du colloque de la Fédération des cégeps du Québec, qui se déroule dans l'arrondissement de Jonquière.


L'occasion était bonne pour lui faire commenter deux dossiers régionaux : la menace de l'exclusivité du programme Arts et technologie des médias ( ATM ), et la crise au cégep de Chicoutimi.

Exclusivité d'ATM

En septembre 2011, le collège André-Grasset fait une première demande pour obtenir le programme techniques de production télévisuelle et postproduction, et une subvention pour le dispenser.

Un comité de fonctionnaires de Québec étudie le dossier. Ils émettent un avis défavorable, notamment parce qu'ATM comble déjà les besoins en main-d'œuvre.

Ils affirment qu'autoriser le collège André-Grasset à donner le même programme serait néfaste pour le cégep de Jonquière.

Malgré tout, le permis est accordé après une deuxième demande d'André-Grasset, cette fois sans subvention.

Le ministre de l'Enseignement supérieur, Pierre Duchesne a visité le pavillon d'ATM jeudi. Il dit vouloir agir pour un retour de l'exclusivité.

Cette affirmation ne changera rien à court terme pour ATM, mais la directrice générale du cégep de Jonquière se dit heureuse d'entendre les propos de Pierre Duchesne.


Guylaine Proulx estime que les exclusivités des cégeps en région, comme à Montréal, peuvent être « ébranlées par le fait qu'il y a une trop grande élasticité de la loi sur l'enseignement privé ».


Quoi qu'il en soit, les cours en postproduction télévisuelle vont débuter en septembre au collège André-Grasset. Ils vont se poursuivre au moins jusqu'en 2015, moment où le permis viendra à échéance.

Cégep de Chicoutimi

Par ailleurs, le ministre Pierre Duchesne surveille de près la crise qui secoue le Cégep de Chicoutimi.

Les relations sont tendues depuis un moment entre la direction et le personnel, mais c'est la reconduction du mandat de la directrice des études pour 5 ans qui a fait déborder le vase.

Les représentants syndicaux envisagent maintenant de réclamer la démission de la directrice générale, Ginette Sirois, ou carrément la mise en tutelle du Cégep.

Un membre du cabinet du ministre a rencontré le syndicat enseignant jeudi, mais pour le moment, Pierre Duchesne écarte toute intervention de son ministère.

« Je pense qu'on n'est pas rendu à une intervention gouvernementale, on ne peut pas faire ça de façon précipitée. Il faut laisser les gens être capables de discuter de façon raisonnable », dit-il.

Les employés accusent la directrice générale du cégep, Ginette Sirois, de harcèlement psychologique. Cette dernière croit que c'est aux syndicats de désamorcer la crise.

PLUS:rc